L'Usine Aéro

Présidence de Thales : Emmanuel Macron dément avoir mené une "campagne" anti-Proglio

, ,

Publié le

Alors qu'Henri Proglio a annoncé ce mardi 12 mai avoir renoncé à la présidence de Thales en mettant en avant une "campagne" de Bercy contre lui, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a expliqué que l'ancien patron d'EDF était bien en situation de conflit d'intérêt.

Présidence de Thales : Emmanuel Macron dément avoir mené une campagne anti-Proglio © Capture vidéo iTélé

Interrogé en marge de la signature d'un projet de financement lié au plan européen d'investissement dit "plan Juncker" à Paris, Emmanuel Macron a réagi ce mardi 12 mai à l'annonce d'Henri Proglio, qui vient de renoncer à la présidence de Thales. Le ministre de l'Economie est en effet directement visé par l'ancien patron d'EDF, qui l'accuse dans une interview au Monde d'avoir mené une véritable "campagne" de déstabilisation contre lui.

"Il était normal que nous demandions à Henri Proglio de choisir entre des fonctions éminentes de dirigeant même non exécutif à la tête de Thales et des engagements réels, rémunérés auprès de grands acteurs du secteur militaire et civil, en particulier nucléaire, russe. Cela ne nous paraissait pas compatible. C'est un problème d'éthique et de conflit d'intérêt", a déclaré Emmanuel Macron, assurant qu'il n'avait "pas alimenté de campagne" à l'encontre d'Henri Proglio. "J'ai du respect pour l'homme, pour le dirigeant qu'il a été à la tête de Veolia et d'EDF", a ajouté le ministre.

Priorité à "la stabilité et au développement de Thales"

Henri Proglio "a lui-même tiré les conséquences sans que nous lui demandions de renoncer" et "je prends note de sa décision, ce qui m'importe avant tout c'est la stabilité et le développement de Thales", a poursuivi Emmanuel Macron. "Est-ce que vous pensez une seule seconde que j'ai pris la peine d'écrire à Henri Proglio pour lui faire valoir ces points (ndlr : sur l'existence de conflits d'intérêt) sur mon initiative personnelle sans que ce soit soutenu, et par le président de la République et par le Premier ministre ? Ce n'est pas sérieux", a-t-il souligné.

Concernant l'identité du prochain président de Thales, Emmanuel Macron a indiqué que "ce sera la décision de l'entreprise" et que "des contacts seront pris dans les prochaines heures."

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte