Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Présidence de l'UIMM : Marc Ventre soigne son image auprès des PME

Cécile Maillard , , ,

Publié le

Trois candidats sont en lice pour l’élection, le 19 mars, du nouveau président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM). Marc Ventre, de Safran, joue sur sa  bonne connaissance des relations entre les grands groupes et les sous-traitants pour séduire les chefs d’entreprise. Premier portrait de notre galerie consacrée aux trois candidats et à leur programme.

Présidence de l'UIMM : Marc Ventre soigne son image auprès des PME © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Marc Ventre est comme chez lui, dans les travées de la nouvelle usine, blanche et lumineuse, du Piston français (groupe LPF), à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Le directeur général délégué aux opérations de Safran travaille avec ce sous-traitant (159 salariés à Savigny) depuis le début de sa carrière, il y a quarante ans, chez Snecma. Avec un plaisir non feint, il questionne sur le polissage des aubes, admire le montage, manuel, des mêmes aubes sur les parties arrières des moteurs, explique avec gourmandise au visiteur non averti la propulsion d’air chaud et le fonctionnement du Leap, moteur de nouvelle génération, en développement ici… De toute évidence, la technologie a gardé tout son charme pour ce Centralien de 65 ans !

Marc Ventre, en campagne pour la présidence de l’UIMM, tente de rééquilibrer son image de représentant d’un grand groupe en mettant en avant sa longue expérience des relations avec les PME. "Dans les années 90, Snecma a eu besoin d’un réseau de PME pour le CFM56, un moteur qui a connu un succès mondial, explique-t-il. J’ai des relations très proches avec une douzaine d’entre elles, et au total, je travaille avec une cinquantaine de PME." Sans vouloir copier le système mis en place dans l’aéronautique pour de bonnes relations entre les grands groupes et leurs fournisseurs, Marc Ventre propose de s’en inspirer pour étendre ces pratiques à l’ensemble de la métallurgie.

Peser sur la campagne présidentielle de 2017

"Cette belle et grande maison qu’est l’UIMM agit beaucoup trop en mode réactif, souligne-t-il. Si je suis élu, je lui redonnerai sa capacité d’innovation." Il vise la campagne présidentielle de 2017. "Les candidats devront avoir en main les propositions de l’UIMM sur le social et la formation, deux éléments importants pour renforcer la compétitivité des entreprises." S’il est élu, sa première action portera sur le compte pénibilité, qu’il espère simplifier au maximum, puis sur la flexibilité du temps de travail. Pour faire avancer ses propositions, il se battra pour "renforcer la place de l’UIMM au sein du Medef". La métallurgie y est déjà notoirement puissante, pourtant ! Point faible du candidat : s’il a négocié au niveau local avec la CGT quand il dirigeait une usine à Gennevilliers, Marc Ventre n’a pas une grande expérience du dialogue social. "Mais ce n’est pas le président qui négocie avec les syndicats", se défend-il.

Comme tout candidat qui se respecte, il soigne ses électeurs, et promet de mieux prendre en compte leurs attentes. "Les chefs d’entreprise que je rencontre pour cette campagne se plaignent beaucoup de ne pas être suffisamment entendus et relayés, ils veulent que le national soit plus au service des territoires. Il faudra aussi revoir la gouvernance de l’UIMM pour que ses décisions soient plus rapides."

Il bat la campagne comme le maire-adjoint qu’il est

Marc Ventre quittera ses fonctions chez Safran en avril, atteint par la limite d’âge. "J’ai encore envie de servir l’industrie française, et du coup, je serai disponible pour ce job à haute responsabilité", souligne-t-il. Ses réseaux patronaux, pluriels et anciens, devraient lui apporter de nombreuses voix. Membre depuis très longtemps du GIFAS, groupement professionnel de l’aéronautique (une dizaine de voix sur les 234 comptant pour le vote), il préside le GIM, antenne francilienne de l’UIMM depuis deux ans, une des plus grosses structures locales de l’UIMM.

Pas très bon communicant, il affirme pourtant avoir beaucoup appris de son poste de maire-adjoint, élu sans étiquette aux dernières municipales dans une petite ville des Hautes-Alpes d’où est originaire sa femme. Sa campagne pour la présidence de l’UIMM, à la rencontre des chefs d’entreprise de la métallurgie ? "Ca ressemble beaucoup à ce que je fais dans ma mairie..."

Cécile Maillard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle