Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Prenyl B soigne une maladie rare avec la beauté

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Made in France

Prenyl B soigne une maladie rare avec la beauté © D.R

L'opportunité

À cause des trithérapies, les patients atteints du sida peuvent subir les mêmes symptômes que les enfants souffrant de la progeria. Des millions de sidéens sont traités dans le monde.

 

Développer le traitement d’une maladie rare a tout du parcours du combattant. Pour accélérer le processus, les fondateurs du laboratoire Prenyl B ont eu une idée atypique : créer une start-up dans la cosmétique commercialisant une gamme de soins dotée des mêmes principes actifs. En 2003, deux professeurs des hôpitaux de Marseille (AP-HM) découvrent la mutation génétique responsable de la progeria, maladie qui touche 200 enfants dans le monde en leur donnant l’apparence d’une personne âgée avant qu’ils ne décèdent vers l’âge de 14 ans. Trois ans plus tard, les universités d’Aix-Marseille et d’Oviedo (Espagne), l’AFM-Téléthon et l’AP-HM déposent des brevets sur une synergie de deux principes actifs destinée à freiner l’évolution de cette maladie. Prenyl B naît en 2009, et sa filiale Prenyl B Cosmétique l’année suivante. Objectif : mettre au point le candidat médicament grâce aux ventes générées par Neo Stem, un sérum anti-âge lancé dans les parapharmacies en 2011.

"Grâce à trois études cliniques, proches des tests médicamenteux, nous avons montré que ce produit anti-âge diminuait la surface et la profondeur des rides, affirme Vincent Bonniol, PDG de Prenyl B Cosmétique. Nous avons rencontré un important succès, en dégageant 2,6 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012, nous permettant d’être bénéficiaires." Exportée dans sept pays (dont le Canada et le Maroc), la gamme s’est enrichie de nouveaux produits. Mais la priorité de la start-up reste le développement du médicament, dont les études cliniques sont en cours, afin qu’il soit reconnu médicament orphelin en Europe. Fort de 22 salariés, dont cinq chercheurs, Prenyl B participera aux Rencontres des maladies rares organisées par le pôle de compétitivité Eurobiomed, les 28 et 29 novembre à Montpellier. Dans l’espoir de trouver un partenaire pharmaceutique. 

Gaëlle Fleitour

L’innovation

Après avoir découvert un nouveau biomarqueur du vieillissement, la progérine, dont la toxicité peut être freinée par la combinaison de deux actifs, Prenyl B a conçu un sérum antirides à partir de cette association. La start-up a fait tester son efficacité par des essais cliniques, comme pour un médicament.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle