Première victoire juridique pour les salariés d’UPM Docelles

Saisi du dossier de l’usine UPM de Docelles (Vosges), fermée depuis un an, le conseil des prud’hommes d’Epinal ordonne à UPM-Kymmene de maintenir la papeterie en état et condamne l'industriel finlandais à verser 3 000 euros à chacun des 50 salariés candidats à une reprise sous forme de Scop. Le dossier sera jugé sur le fond mi-février.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Première victoire juridique pour les salariés d’UPM Docelles

Après deux ans de combat, une cinquantaine d’anciens salariés de l’usine UPM de Docelles (Vosges) ont remporté une première victoire juridique le 8 janvier devant le tribunal des prud’hommes d’Epinal. Saisi en référé, le conseil a ordonné le maintien en l’état du site, notamment en y maintenant le chauffage, pour permettre une éventuelle reprise.

La juridiction condamne également UPM à payer 3 000 euros à chaque salarié au titre de l’article 700 du Nouveau code de procédure pénale. Lors de l’audience du 30 septembre dernier au tribunal de commerce d’Epinal, ces mêmes salariés, qui demandaient une expertise sur la valeur du site, avaient été déboutés et condamnés à 1 500 euros au titre de l’article 700. Le tribunal de commerce s’était dessaisi du dossier au profit des prud’hommes.

34 millions d’euros de dommages et intérêts

"La décision des prud’hommes met le site à l’abri des intempéries et d’un éventuel démantèlement, mais les machines ont souffert au cours d’une année d’abandon. Lors des prochaines audiences prévues les 16 et 17 février, nous demanderons 34 millions d’euros de dommages et intérêts correspondant au manque à gagner lié à six mois d’inactivité forcée, ainsi qu’une astreinte de 5 millions d’euros par mois", annonce Nicolas Prévot, président de l’association Sauver la papeterie de Docelles et ex-délégué CFE-CGC.

Porteur du projet de reprise, l’ancien responsable de l’informatique se félicite du soutien des collectivités locales. La préfecture des Vosges paraît quant à elle s’impliquer davantage dans le projet de revitalisation porté par UPM, qui engage 2 millions d’euros dans la revitalisation du bassin. Quasi inchangé depuis un an, le plan de reprise en Scop prévoit la reprise de 116 emplois la première année pour atteindre un effectif de 160 personnes en trois ans.

Pascale Braun

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS