Quotidien des Usines

Première pierre pour l'usine des Taxibot de TLD

Stéphane Frachet , , ,

Publié le

L'équipementier aéroportuaire TLD a posé la première pierre de sa nouvelle usine à Sorigny (Indre-et-Loire) le 4 novembre. Dès l'été 2014, une centaine de salariés fabriqueront les tracteurs d'avions Taxibot.

Première pierre pour l'usine des Taxibot de TLD
Taxibot
© TLD

Le leader mondial des équipements aéroportuaires TLD a posé la première pierre de sa nouvelle usine à Sorigny, au sud de Tours (Indre-et-Loire), le 4 novembre. Cette usine de 7 400 mètres carrés, où une centaine de salariés fabriqueront les tracteurs d'avions automatisés Taxibot, "sera livrée en août prochain", a promis Bertrand Neyret, directeur général de l'aménageur public, la Société d'équipement de la Touraine (SET), qui a investi 8,5 millions d'euros dans l'opération.

L'emprise de 3 hectares jouxte une zone de 8 hectares. TLD pourra y développer d'autres productions. "Une fois que le Taxibot sera lancé commercialement, nous pourrons délester notre usine voisine de Montlouis qui est proche de la saturation", précise Valentin Schmitt, directeur général de TLD, entreprise qui compte 1 250 salariés et réalise 314 millions d'euros de chiffre d'affaires. A noter que l'industriel a demandé aux collectivités locales de réserver une piste d'essai de 400 mètres, d'un coût de 2 millions d'euros. La SET a privatisé une voirie sur cette zone industrielle branchée sur les autoroutes A10 (Paris-Bordeaux) et A85 (Vierzon-Angers).

Le Taxibot de TLD, motorisé par Siemens et dont l'ingénierie informatique revient à Israël Aerospace Industries (IAI), est toujours en phase de certification avec les avionneurs Boeing et Airbus. "Nous espérons une certification début 2014 pour une mise sur le marché dans la foulée", précise Valentin Schmitt.

Outre Lufthansa, qui a co-développé la machine et la teste sur l'aéroport de Francfort (Allemagne), le Taxibot a suscité l'intérêt de la plupart des grandes compagnies aériennes, car il supprime la consommation de carburant lors du taxiage, entre le terminal et la piste, soit l'équivalent d'une tonne de kérosène pour chaque vol.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte