Premier pas pour la conversion de la centrale E.ON de Gardanne

Partager

Tous les acteurs du dossier privilégient la prudence, mais le projet de l'allemand E.ON, de convertir partiellement à la biomasse sa centrale thermique au charbon de Gardanne (Bouches-du-Rhône), enregistre une première avancée.

Le gouvernement, par le ministère de l’Industrie, a donné son avis favorable à cette reconversion, désireux d’accroître en France la production d’électricité à partir de bois et de déchets végétaux.
Cependant, la procédure est encore longue et le groupe industriel insiste bien sur cet aspect. « C’est une étape encourageante. Nous restons néanmoins prudents car il s’agit d’un projet soumis à un processus d’autorisations complexe qui est loin d’être terminé et dont l’aboutissement favorable conditionne la réalisation des investissements envisagés par le groupe. L’unité qui pourrait être convertie devait être fermée à moyen terme. Le projet va permettre de relancer l’activité du site en évitant des suppressions d’emplois ».
Prochaine étape : la Commission de Régulation de l’Energie doit rendre un avis motivé. Le coût financier de l’installation de cette chaudière au bois d’une puissance de 150 MW avoisinerait les 140 millions d’euros. En remplaçant la tranche 4 à lit fluidisé fonctionnant au charbon et au coke de pétrole, elle permettrait, selon EON, de réduire de 600 000 tonnes les émissions de CO2 des Bouches-du-Rhône.
Une centaine d’emplois était menacée par la fermeture de l’unité. Pour la CGT, non seulement il va les préserver, mais il devrait en créer, notamment par son impact sur l’organisation de la filière bois.
Si le député des Bouches-du-Rhône, Richard Maillé évoque déjà « une victoire pour la région », le maire de Gardanne, Roger Meï, tout en se félicitant de l’approbation gouvernementale, attend encore pour se réjouir. Selon lui, « En 2009, tout était prêt pour l’implantation d’une nouvelle centrale à gaz, le permis accordé, le canal de Provence avait amené l’eau à 29 mètres après d’importants travaux, les travaux de desserte de l’acheminement du gaz étaient en cours et EON a finalement décidé de ne pas poursuivre l’investissement ».

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS