Premier Foods accepte de discuter avec McCormick

par Martinne Geller et Vidya L Nathan
Partager
Premier Foods accepte de discuter avec McCormick

LONDRES (Reuters) - Le groupe britannique de produits alimentaires Premier Foods a accepté mercredi de discuter avec le producteur américain d'épices McCormick, après un nouveau relèvement de l'offre de ce dernier.

Le propriétaire des marques françaises Ducros et Vahiné propose désormais 65 pence en numéraire par action Premier Foods, ce qui correspond selon lui à une valeur d'entreprise de 1,5 milliard de livres (1,9 milliard d'euros) pour sa cible.

Le groupe britannique avait jugé très insuffisantes les deux précédentes approches à 52 puis 60 cents, choisissant à la place de signer un accord de coopération avec le japonais Nissin Foods permettant à celui-ci de devenir son premier actionnaire devant Paulson & Co et Standard Life Investments, deux investisseurs qui reprochent au conseil d'administration de ne pas être suffisamment ouvert à des offres de reprise.

Nissin, connu surtout pour ses nouilles instantanées, a racheté une participation de 17,3% au fonds Warburg Pincus pour 63 pence par action, soit environ 90 millions de livres.

Premier Foods a fait savoir que la nouvelle proposition de McCormick restait trop basse, tout en se disant disposé à le rencontrer pour lui apporter les informations financières limitées qu'il sollicite, afin de déterminer s'il est possible que le groupe américain porte son offre à un niveau "acceptable".

Les analystes de Shore Capital voient d'un bon oeil cette offre révisée, dont le prix représente un peu plus du double du cours de clôture de Premier Foods le 23 mars, avant que McCormick ne rende public son intérêt pour l'entreprise.

"Nous pensons que 65 pence constituent un bon compromis, autorisant la direction de Premier à mettre en avant le supplément de valeur arraché à McCormick tout en offrant aux actionnaires la possibilité d'empocher des liquidités immédiatement sur la base d'une valorisation par rapport à l'excédent brut d'exploitation (EBE, Ebitda) raisonnable", écrivent-ils.

L'action Premier Foods gagnait 6,6% à 59,82 pence à la Bourse de Londres vers 16h30. Avant la première approche de McCormick, le titre affichait une baisse de plus de 50% en deux ans, conséquence d'un lourd endettement et d'un imposant passif lié aux retraites, hérités d'une série d'acquisitions.

McCormick a jusqu'au 20 avril pour présenter une offre ferme conformément à la réglementation boursière britannique.

(Véronique Tison et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS