Premier décollage réussi pour Soyouz depuis le nouveau cosmodrome russe de Vostochny

La fusée Soyouz 2.1a a bien décollé ce jeudi 28 avril depuis le cosmodrome flambant neuf de Vostotchny, qui doit permettre à la Russie de réduire sa dépendance à Baïkonour.

Partager

Après plusieurs reports depuis fin 2015 et un lancement avorté à quelques minutes du décollage la veille, la fusée Soyouz 2.1a a bien décollé ce jeudi 28 avril. Le lanceur chargé de mettre en orbite trois satellites scientifiques s'est envolé à 11h01 heure locale (2h01 GMT) depuis le nouveau cosmodrome de Vostotchny (voir la vidéo ci-dessus)

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'occasion de s'intéresser d'un peu plus près à cette nouvelle base de lancement russe en trois questions.

  • Où se trouve cette base de Vostotchny ?

Dans l'Extrême-Orient russe, dans la province ou oblast d'Amour (du nom du fleuve du même nom). Sa position géographie à l'est (Vostok en russe) et proche de la mer - à l'instar de Cap Canaveral aux Etats-Unis ou de Kourou en Guyanne - lui permet de réaliser des lancements avec un risque d'accidents limité en cas d'échec.

  • Pourquoi une nouvelle base de lancement ?

Depuis la chute de l'URSS en 1991, la Russie n'est plus que le locataire du célèbre cosmodrome de Baïkonour, ce dernier se trouvant au Kazakhstan. Le loyer n'est pas négligeable puisqu'il représente près de 115 millions d'euros par an, pour un bail étendu jusqu'en 2050.

En outre, le Kazakhstan exige d'importantes compensations financières en cas d'accident. C'était notamment le cas lors d'un décollage raté en 2013, cette situation expliquant la divergence de point de vue entre l'agence russe, qui estimait qu'aucun dégât n'avait été causé, et l'agence kazakh.

A noté que la Russie dispose déjà d'un cosmodrome sur son territoire, à Plessetk, à près de 1000 kilomètres au nord de Moscou, mais il est reservé aux lancements militaires et sa position géographique ne lui permet pas de mettre certains types de satellites civils en orbite.

Le président russe Boris Elstin a donc pris la décision en 1996 de reconvertir l'ancienne base de tirs de missiles (Svobodny-18) en base de lancement. Avec seulement quelques lancements de missiles reconvertis en fusée en 2007 et alors que le coût de maintenance des installations avait été jugé trop important, le cosmodrome est fermé.

Finalement, Vladimir Poutine annoncera rapidement la construction d'un nouveau cosmodrome sur ce site. Au total, le coût de ce chantier, démarré en 2010 et notamment marqué par une série de scandales de corruption, est estimé à 5 milliards d'euros.

A noter que contrairement au site de Baïkonour, la base de lancement de Vostochny intègre la coiffe de la fusée - où se trouvent les satellites à placer en orbite - une fois le lanceur relevé à l'horizontale, comme sur la base de Kourou en Guyanne (voir timelapse ci-dessous).

  • Quand le site sera-t-il pleinement opérationnel ?

Après ce premier tir, aucun autre lancement n'est prévu en 2016 et un seul est programmé en 2017. Le chef du secteur spatial russe, l'ancien dirigeant d'Avtovaz Igor Komarov, a évoqué un fonctionnement à pleine capactité en 2018 avec au moins cinq lancements.

Alors que le premier vol habité à décoller de Vostochny était initialement prévu pour 2018, la sévère cure d'austérité du programme spatial russe (réduction du budget de 30% pour la période 2016-2025) a entraîné un report à 2025 ! Le site doit également accueillir les futurs lanceurs Angara, les premiers de l'ère post-soviétique, mais la construction du pas de tir spécifique à ces fusées a été elle aussi retardée.

La vidéo du premier lancement à Vostochny :

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS