Premier bilan contrasté de la loi Alimentation

Réunis au Sénat ce 6 février, les principaux acteurs de la filière agroalimentaire ont dressé un bilan contrasté des premières mesures de la Loi Alimentation. Ils regrettent notamment l'absence de contraintes pour faire "ruisseler" les bénéfices des mesures jusqu'à l'amont. 

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Premier bilan contrasté de la loi Alimentation
Premier bilan de la loi Alimentation au Sénat

Quelques jours à peine après l'application du relèvement de 10% du seuil de revente à perte et plus d'un mois après la fin des promotions, les principaux acteurs de la filière agroalimentaire se retrouvaient ce 6 février au Sénat pour tirer un tout premier bilan de l'application de la loi Alimentation. S'ils saluent l'effort des Etats généraux de l'alimentation (EGA) et l'organisation exemplaire de certaines filières, tous soulignent aussi la persistance de la guerre des prix lors des négociations commerciales.

Des négociations commerciales toujours déflationnistes

Premier grand test de la loi Alimentation, les négociations commerciales qui règlent les prix entre producteurs et distributeurs pour l'année, ont débuté en novembre dernier. Elles s'étendent jusqu'au mois de mars.

Cette édition 2018/2019, première depuis le raout des Etats Généraux de l'Alimentation et l'adoption de la loi Alimentation à l'automne dernier, suscite pourtant nombre de déceptions chez les principaux acteurs du système.

"Nous sommes toujours dans un système déflationniste", confirme Richard Girardot, président de l'Ania (Association nationale des industries de l'agroalimentaire). Le représentant des industriels s'appuie sur les conclusions de l'Observatoire des négociations commerciales : "chez les PME, il y a une pression sur le prix de -1,5% à -4% de la part des distributeurs". Un constat partagé par Dominique Chargé, Président de Coop de France : "cette année encore, les négociations commerciales sont difficiles et se font sur un fond déflationniste. L'entrée dans la négociation se fait par le prix plutôt que par la qualité".

Pour Dominique Amirault, président FEEF (Fédération des Entreprises et des Entrepreneurs de France), la principale cause de cet échec tient au monopole exercé par les centrales de distribution. "Cette situation n'est pas étonnante. La loi ne s'est pas attaquée aux causes du problème. Nous avons un amont atomisé qui fait face à un aval très concentré". En effet, le marché français est structuré de manière à ce que 17 000 industriels de l'agroalimentaire, à 98% des TPE /PME font face à cinq centrales d'achats.

Echec de la théorie du ruissellement

Une concentration qui ne facilite pas l'application de la loi Alimentation. Questionné sur la fin des promotions et le relèvement du SRP, Dominique Chargé n'a pas hésité à qualifier la mesure de "rente financière pour les distributeurs". En effet, Coop de France tout comme l'Ania ou la FEEF dénoncent l'absence de contraintes pour les distributeurs de faire ruisseler les bénéfices de la baisse du seuil de revente à perte vers les producteurs.

A l'heure actuelle, ni la loi ni son décret d'application n'imposent aux distributeurs de répercuter la hausse des prix vers les consommateurs. "Croire dans le ruissellement, c'était faire abstraction de la réalité des pratiques commerciales des distributeurs" analyse Richard Girardot. Le président de l'Ania réclame par ailleurs plus de contrôles de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes pour surveiller les pratiques des distributeurs.

Le bon exemple de la filière laitière

Face à ce bilan plus que mitigé, les différents acteurs ont tout de même souligné le bon exemple de la filière laitière française. La "seule dans laquelle l'esprit des EGA est respecté" précise Dominique Chargé. En effet, depuis le début d'année, de nombreux distributeurs, à l'image du partenariat entre Bel et Intermarché ou Leclerc et Lactalis ont signé des accords pour assurer des prix minimums aux producteurs.

"Il s'est inévitablement passé quelque chose dans la filière laitière", confirme Richart Panquiault, directeur Général ILEC (Institut de Liaisons et d'Etudes des industries de Consommation). "Dans la filière du lait et dans certaines filières de niche comme les pommes de terre, nous avons réussi à récréer une volonté de travailler ensemble, ajoute Richard Girardot. Malheureusement, dans d'autres filières comme la viande ou les céréales, nous n'y sommes pas encore arrivés". Si les professionnels gardent encore espoir de voir les choses évoluer dans les filières alimentaires en lien direct avec les productions agricoles (du type lait, viande, céréales, légumes...), ils sont en revanche beaucoup plus sceptiques pour l'alimentaire non lié à la production. "Il va falloir se montrer très vigilant" conclut Richard Girardot. Le gouvernement s'est laissé jusque deux ans pour évaluer l'impact de ces mesures.

0 Commentaire

Premier bilan contrasté de la loi Alimentation

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS