PPR réclame 500 000 euros à d'anciens salariés

Social

Partager

Douche froide le 9 octobre pour 48 ex-salariés de l'usine Yves-Saint-Laurent Beauté (YSL) de Bernay (Eure), spécialisée dans la fabrication et distribution de produits de parfumerie. Ce jour-là, ils devaient se présenter devant le Conseil des Prud'hommes de la ville. Les anciens employés de la filiale du groupe PPR (Pinault-Printemps-Redoute) étaient venus pour réclamer à YSL des dommages et intérêts pour des licenciements économiques abusifs suite à la vente du site en juin 2006 à la Société de Diffusion des Produits de Parfumerie (SDPP), une entreprise voisine spécialisée dans le conditionnement à façon de produits de parfumerie. Cette cession avait entraîné la suppression de 114 postes sur 338.

Venus au rendez-vous de conciliation, obligatoire dans le cadre de leur plainte, les 48 plaignants se sont entendus réclamer 500 000 euros par la partie adverse. Motif : cette dernière estime, via son avocate, que la plupart de ces salariés sont partis volontairement et qu'ils ont touché à ce titre environ 10 000 euros chacun, en supplément des indemnités légales. YSL juge donc que s'ils portent plainte aujourd'hui, cette « prime » n'a plus lieu d'être.

De son côté, l'avocate des plaignants évoque une « tentative d'intimidation inadmissible » et explique que la plainte est légitime : « Le désengagement du groupe PPR du site de Bernay n'est pas économiquement justifié et donc le licenciement pour motif économique non plus. PPR devait par ailleurs assurer la sécurisation du reclassement des salariés concernés, ce qui n'a pas été fait et seuls quelques-uns ont retrouvé du travail ». Devant la complexité de l'affaire, la juridiction rendra son verdict le 12 mai 2008.

De notre correspondant en Normandie, Patrick Bottois

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS