Powell réaffirme que le risque inflationniste reste faible

par Howard Schneider

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Powell réaffirme que le risque inflationniste reste faible
La hausse des prix avec le rebond de l'économie ne sera pas incontrôlable et n'entraînera pas une flambée persistante de l'inflation, a déclaré mardi le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell. /Photo d'archives/REUTERS/Joshua Roberts

WASHINGTON (Reuters) - La hausse des prix avec le rebond de l'économie ne sera pas incontrôlable et n'entraînera pas une flambée persistante de l'inflation, a déclaré mardi le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell.

"Nous nous attendons à ce que l'inflation augmente au cours de l'année", mais elle ne sera "ni particulièrement importante, ni persistante", a-t-il déclaré lors de son audition par la commission des Services financiers de la Chambre des représentants, dont certains membres ont fait part de leurs inquiétudes quant à la hausse des prix.

"Nous avons les outils nécessaires pour faire face à cette situation", si elle devient problématique, a déclaré Jerome Powell.

L'audition du patron de la Fed et de la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, avait pour but de dresser un état des lieux des progrès de la reprise économique aux Etats-Unis, un an après le début de l'épidémie due au coronavirus dans le pays, ainsi que de l'efficacité des politiques budgétaires et monétaires déployées pour la combattre.

Elle a toutefois donné lieu à un début de désaccord au sujet d'un éventuel projet d'infrastructures et d'une augmentation des impôts par l'administration de Joe Biden.

Interrogée sur le risque que des augmentations de l'impôt sur les sociétés ou d'autres impôts puissent causer plus de mal que de bien à l'économie, Janet Yellen a déclaré qu'un programme d'infrastructures ciblerait "les dépenses dont l'économie a besoin pour être compétitive et productive" mais qu'il faudrait "augmenter les rentrées d'argent" pour en compenser le coût.

"L'administration Biden ne va pas proposer des politiques qui nuiront aux petites entreprises ou aux Américains", a ajouté la secrétaire au Trésor, elle-même ancienne présidente de la Fed.

La relance de l'économie des Etats-Unis progresse plus rapidement que prévu mais elle reste confrontée aux risques liés à la crise sanitaire d'une part, et à l'inflation potentielle d'autre part, alors que le système bénéficie d'un important soutien budgétaire.

Il reste à savoir avec quelle rapidité des millions de chômeurs retrouveront un emploi, si la Fed peut maintenir les marchés en équilibre dans un contexte de hausse des prix et des rendements obligataires et si les progrès initiaux contre la pandémie peuvent être maintenus.

Dans des remarques préparées en amont de son audition et rendues publiques lundi, Janet Yellen a réaffirmé que la réponse des Etats-Unis, y compris l'adoption du plan de relance de 1.900 milliards de dollars voulu par le président Joe Biden, pourrait permettre au pays de retrouver le plein emploi d'ici l'année prochaine.

(version française Laetitia Volga)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS