L'Usine Energie

Pourquoi Vallourec a investi 45 millions d'euros dans un perceur

Aurélie Barbaux , , , ,

Publié le

Le fabricant de tube premium pour l’exploration et l’extraction d’hydrocarbures vient d’inaugurer dans son usine allemande de Düsseldorf un nouveau perceur. Un investissement de 45 millions d’euros qui, malgré un marché en berne, pouvait difficilement attendre.

Pourquoi Vallourec a investi 45 millions d'euros dans un perceur
Salle de contrôle du nouveau perceur de tubes de l'usine Vallourec de Dusseldorf
© Vallourec

2100 tonnes de matériel installé, 230 camions de béton, 2400m² de fondation, 4000 m3 de terre excavée, 250 000 jours homme, 200 personnes impliquées, cinq semaines de chantiers, 45 millions d’investissement… le projet Mohican de Vallourec dans son usine de Rath-Dusseldolf est un succès. Mené par l’ingénieriste italien Danieli, il visait à remplacer le vieux perceur de tube en acier, par un nouvel équipement qui peut produire à partir de six dimensions différentes de billettes d’acier - fabriquées ailleurs en Allemagne par l’entreprise - toutes les tailles de tubes dont les clients de Vallourec ont besoin pour le forage pétrolier et gazier, les centrales d’énergie et les process industriels aux conditions extrêmes. Les finitions de ces tubes premium sont réalisées ailleurs, en France et en Ecosse notamment.

Investir en période de crise

L’entreprise française emploie 19 000 personnes et dispose de 50 sites de productions dans 20 pays, dont quatre en Allemagne, hérités de l’acquisition en 2013 de Mannesmannröhen-Werke AG, avec laquelle Vallourec avait déjà constitué une co-entreprise en 1997. Touchée de plein fouet par la baisse du prix du pétrole, alors qu’elle réalise 64,8 % de son chiffre d’affaires de 2,9 milliards d’euros en 2016 dans le secteur pétrole et gaz, l’entreprise vient d’opérer un vaste plan de restructuration. Et même si ce n’était pas forcément le bon moment, l’entreprise a quand même investit dans un nouvel équipement. C’était indispensable.

Il était temps

Après avoir remplacé le laminoir "Pèlerin" de son usine de Düsseldorf en 2009, il fallait absolument changer le perceur, conçu dans les années 60. A bout de souffle, celui-ci obligeait parfois à deux passages pour percer les tubes, ce qui doublait les coûts, d’énergie notamment. "L’ancien perceur avait moins de deux ans devant lui, explique Christoph Bem, le directeur de l’usine. De plus, le marché nécessite des longueurs de tube plus grandes et des géométries plus complexes." Le nouvel équipement, beaucoup plus puissant, est considéré comme le plus moderne au monde. Associé au laminoir pèlerin de l’usine, le nouveau perceur permet une plus grande flexibilité en terme de gamme de matériaux à fabriquer et de dimensions réalisables (diamètres extérieurs, épaisseurs, longueurs). Le changement de mandrin ne prend que 20 minutes. "À pleine charge, le retour sur investissement serait de quelques années, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui", reconnait Philippe Crouzet, président du directoire de Vallourec. Si la petite embellie sur le marché pétrole et gaz - due au regain d‘intérêt pour les gaz de schistes au Etats-Unis - se confirme, et si Vallourec trouve de nouveaux débouchés pour ses tubes premium, il aura l’outil industriel pour les fabriquer.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte