Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Pourquoi Total reste si confiant dans l’avenir du pétrole

Aurélie Barbaux , , , ,

Publié le

Les scénarios prospectifs des pétroliers sur l’avenir du pétrole ne décrivent qu’un avenir possible, pas certain. Celui de Total à l’horizon 2040 vise à rassurer les marchés sur sa stratégie et n’augure rien de bon dans la lutte contre le climat.

Pourquoi Total reste si confiant dans l’avenir du pétrole © Myrtille Delamarche - L'Usine Nouvelle

Jusqu’en 2040, tout va bien, pour les pétroliers du moins. Malgré le transition énergétique, la demande de pétrole dans le monde devrait augmenter de 10 millions de barils par jour (Mb/j) entre 2015 et 2040, selon un scénario prospectif que Total a présenté aux analystes financiers en octobre 2017. Ce scénario tient compte de l’augmentation globale de la demande, tirée notamment par la soif de mobilité de l’Asie, diminuée des gains d’efficacité énergétique des systèmes et des mécanismes de substitutions (principalement par du gaz, mais aussi de l’électricité et autres biocarburants) des fiouls, diesel et autres essences

Total estime ainsi que 15 millions de barils par jour seront remplacés par du gaz, un peu dans le transport routier, le transport maritime sous forme de GNL (gaz naturel liquéfié) et dans l’industrie, et beaucoup pour le chauffage/climatisation des bâtiments et pour la production d’électricité.

Sachant que 56% de la demande consommation de gaz répond aux besoins de  transport dont 26% pour la mobilité individuelle, 18% pour les poids lourds, 5% pour l’aviation, 6% pour le transport maritime et 1% pour le reste (tram, train…). Le reste de la demande de pétrole est lié à la pétrochimie (11%), à la production d’électricité (6%) aux bâtiments (8%), l’industrie ne comptant que pour 7% dans la demande de pétrole. Les 12% restant correspondant à des besoins divers, notamment la consommation des raffineries.

L’efficacité énergétique plus forte que l’électrification

Pour ses prévisions en matière de mobilité individuelle, Total a choisi de s’intéresser aux kilomètres parcourus plutôt qu’au nombre de véhicules. Mais il estime qu’en 2040, 32 % du parc mondial sera électrique ainsi que 50% des nouveaux véhicules vendus. Pour autant, le pétrolier pense que c’est principalement les gains d’efficacité qui permettront de limiter l’augmentation de la demande de pétrole à +2 Mb/j contre près de 60 Mb/j nécessaires pour répondre au besoin de mobilité des pays émergeants en Asie, notamment. De même pour les transports de marchandises, Total estime que l’efficacité énergétique et notamment l’optimisation des chargements et des routes (laod factor), seront bien plus efficaces pour limiter la croissance de la demande à 6 Mb/j que la substitution des carburants par du GNL ou des biocarburants. Et Total fait le même pari pour le transport maritime et l’aviation.

Pour la pétrochimie, c’est le recyclage des plastiques qui devraient compenser en grande partie l’augmentation de la demande et la limiter à + 3 Mb/j. Le reste provenant de technologie de fabrication de plastiques à partir de charbon ou d’autres produits. Quant aux autres grands domaines consommateurs de pétrole, Total anticipe une diminution globale de la demande de respectivement -2 Mb/j pour les bâtiments, - 3Mb/j pour la production d’électricité (compensée par d’autre sources ou et beaucoup par le gaz) et -1 Mb/j dans l’industrie. Là aussi, l’augmentation de la demande sera amortie par l’efficacité énergétique et la substitution pas d’autres formes d’énergies, principalement le gaz croit Total.

Mauvais temps pour le climat

La consommation de pétrole dans le monde était de  92,5 Mb/j dans le monde en 2015, base de calcul de l’étude de Total. En 2017, elle avait déjà grimpée à 97,8 mb/j en 2017 selon l’Agence internationale de l’Energie (IEA), qui prévoit qu’elle continue sur sa lancée avec une demande dépassant symboliquement les 100 millions de barils par jour en 2019 pour grimper à 104 Mb/j en 2022. Mais les effets de gains d’efficacité et de substitution prévus par les Etats engagés dans la transition énergétique pour lutter contre le réchauffement climatique et la pollution, ne sont pas encore notables. Et même dans le scénario de Total, qui anticipe une compensation de l’augmentation de la demande de quasi 100 Mb/j entre 2015 et 2040 par près de 55 mb/j de gains d’efficacité et 35 Mb/j de substitution, la demande de pétrole restera supérieure au scénario de -2° que l’IEA a tracé. Il table sur une baisse à 75 Mb/j de la demande de pétrole en 2035. "On n’y arrivera pas", prévient Total.

Pic de la demande vers 2040

Pour voir la demande de pétrole vraiment baisser, il faudra attendre 2050 voire 2060, croit-on chez le pétrolier, sans plus de précision. D’ailleurs, même sur le scénario présenté, les incertitudes sont grandes. La seule chose sûre pour Total c’est que "l’on aura toujours besoin de pétrole, un peu plus ou un peu moins et que l’on aura besoin de plus de gaz qu’aujourd’hui", explique un analyste du pétrolier. Ce dernier confirme d’ailleurs que ce travail prospectif sert effectivement en partie de base à la stratégie du groupe, qui mise sur du pétrole peu cher à extraire, continue d’investir dans le gaz et veut 20% de son portefeuille dans les énergies vertes d’ici à 20 ans. Et pourtant, "on sait que ce n’est pas ce qui va se passer", prévient un responsable de la prospective chez Total. Le pire n’est jamais sûr.  

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle