Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Pourquoi Shell repousse à 2070 la neutralité carbone dans le monde

Aurélie Barbaux , , , ,

Publié le

Infographie En 2018, le pétrolier néerlandais Shell a imaginé le scénario Sky permettant de maintenir au-dessous des 2°C l’augmentation de la température. Cette étude prospective envisage la neutralité carbone en 2070.

Pourquoi Shell repousse à 2070 la neutralité carbone dans le monde
Le scénario Sky de Shell invite à penser qu'une autre histoire est possible.
© Shell

La neutralité carbone en 2050, que visent notamment la France et l’Espagne, Shell n’y croit pas. Dans son scénario prospectif Sky, publié en mars 2018 et présenté en France le 21 novembre à l’ambassade des Pays-Pays, le pétrolier néerlandais n’envisage pas que le monde atteigne zéro émission nette (c’est à dire la possibilité de capter autant de CO2 que d'en émettre) avant 2070.  

Mais au moins, il l’envisage, avec un scénario industriel qui propose une combinaison complexe de six facteurs se renforçant mutuellement à savoir : le prix au carbone, l’efficacité énergétique, l’électrification de l'énergie finale, la mutation des systèmes d'énergie, la capture et stockage du carbone (ou CCS) et la reforestation. Le scénario ne tient néanmoins que par un septième facteur, indispensable aux six autres, un changement d’état d’esprit.

Intégrer le fait qu'une autre histoire est possible

"Les scénarios ne sont pas des prévisions, mais aident à penser. Leur but est de changer le point de vue, pas de s’aligner sur des prévisions consensuelles, explique David Hone, Chief Climate Change advisor de Shell, basé à Londres. Une histoire différente est possible. Ce scénario Sky permet d’aider à penser cette histoire."  Il ne faut donc surtout pas voir dans cet exercice une piste de la stratégie de Shell pour aborder la transition énergétique et se détourner des énergies fossiles. En bon pétrolier, le scénario donne des pistes industrielles pour apprendre d’abord au monde à se passer… du charbon avant de vivre sans pétrole. Ce qui n’est déjà pas si mal.

Une trajectoire carbone conservatrice

Le scénario Sky ne dessine donc pas un univers où les énergies fossiles resteraient dans le sol, mais un monde où l’on aurait appris à en consommer moins et à compenser les émissions restantes. La neutralité carbone serait alors atteignable en 2070. Pourquoi pas en 2050 ? Parce qu’il faut du temps. D’abord du temps pour donner un coût significatif à la tonne de CO2 et l’intégrer dans le prix des produits et services. Dans ce domaine, le scénario Sky reste timide. La tonne de CO2 n’atteindrait les 50 dollars qu’en 2050, pour ne grimper à 200 $ qu’en 2070.

Une ère hydrogène qu’en 2045

Du temps également pour convaincre les industries les plus polluantes (acier, ciment…) de remplacer le charbon par de l’hydrogène. L’ère hydrogène ne débuterait pas avant 2045, selon Sky. Quant aux combustibles d’origine renouvelable, ils n’éclipseraient les énergies fossiles qu’à partir de 2050, Shell tablant sur un "pic oil" en 2025, le pic du charbon ayant déjà été atteint selon lui.

Shell mise aussi beaucoup sur le captage et stockage de CO2, non seulement pour réduire les émissions mais aussi comme source de production d’énergies renouvelables par power-to-gas ou via différents procédés de synthèse. Il envisage 10 000 installations de CSS en 2050, contre moins de 50 en 2020. Les technologies existent mais ne sont pas matures industriellement. La trajectoire de taxe carbone proposée n’aiderait néanmoins pas à en accélérer l’adoption.  

Tripler l’électricité dans le mix

Pendant ce temps, le taux d’électrification de l’énergie devrait tripler. Le scénario décrit comment d’un monde basé sur les énergies fossiles on basculerait dans un monde de l’électricité. Les capacités électronucléaires atteindrait 1400 GW en 2070, contre 450 GW en 2020. 

Mais il faudra aussi reconstituer des puits de carbone forestiers de la superficie du Brésil pour capter assez de CO2 pour rester à 1,5°C de réchauffement. Pour aider à s’approprier ce futur possible, Shell a publié en ligne sur www.shell.com/skyscenario l’intégralité de son scénario et des données de ses projections.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle