L'Usine Santé

Pourquoi Sanofi engage plus de 3 milliards d’euros pour s’emparer de l’américain Principia Biopharma

Julien Cottineau , , , ,

Publié le , mis à jour le 28/09/2020 À 18H55

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Le leader pharmaceutique français a annoncé le 28 septembre la finalisation de l’acquisition de Principia Biopharma, un acteur biotechnologique californien spécialisé dans le traitement des maladies auto-immunes, comme la sclérose en plaques. Sanofi, qui détient désormais plus de 80% du capital, était prêt à investir jusqu’à 3,85 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros) dans cette opération.

Pourquoi Sanofi engage plus de 3 milliards d’euros pour s’emparer de l’américain Principia Biopharma
Avec Principia, Sanofi va renforcer son portefeuille de R&D en immunologie.
© Sanofi-Aventis

Le leader pharmaceutique français a annoncé la finalisation, au 28 septembre, de son offre d’acquisition de l’entreprise californienne de biotechnologies Principia Biopharma. Selon les documents enregistrés auprès de la SEC, l’autorité américaine des marchés boursiers, l’offre de Sanofi s’élevait à un potentiel de 3,85 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros), soit à 100 dollars par action. Au 25 septembre, près de 27 millions d’actions en circulation, soit 81,1% du total du capital, avaient été apportées dans le cadre de cette offre. "Toutes les actions ordinaires de Principia qui n’ont pas été apportées à l’offre ont été converties en un droit à recevoir 100 dollars en numéraire par action", précise Sanofi dans un communiqué, alors que le titre Principia Biopharma a été délisté du Nasdaq.

Cette acquisition n’est pas un saut dans l’inconnu pour Sanofi. En reprenant Principia Biopharma, Sanofi s’empare d’un partenaire qu’il connaît déjà bien. Dès 2017, le groupe pharmaceutique français avait signé un accord exclusif de licence avec cette société californienne de biotechnologies pour l’aider à développer son programme de traitements oraux de la sclérose en plaques et potentiellement d’autres pathologies du système nerveux central.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte