Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pourquoi Samsung investit 7 milliards de dollars dans les puces en Chine

Ridha Loukil , ,

Publié le

Analyse Samsung a décidé d’investir 7 milliards de dollars en trois ans dans l’expansion de son usine de mémoires flash 3D en Chine. Un effort qui vise à amadouer Pékin dans un contexte géopolitique tendu et à redorer son image auprès des consommateurs chinois. Il en va de son avenir dans le plus gros marché mondial.

Pourquoi Samsung investit 7 milliards de dollars dans les puces en Chine
Mémoire flash 3D de Samsung
© Samsung

C’est une manoeuvre à gros enjeux pour Samsung Electronics. Le géant coréen de l’électronique a décidé d’investir 7 milliards de dollars dans l’expansion de son usine de mémoires flash NAND 3D à Xi’an en Chine. Une première tranche de 2,3 milliards de dollars est déjà approuvée par le conseil d’administration du groupe. Dans un article sur le blog boursier de Seeking Alpha, l’analyste Doug Young décortique les tenants et aboutissants de cet investissement, alors que la Chine se prépare à mettre en place sa propre production de mémoires flash NAND 3D.

Eviter des représailles chinoises

Porté par le boom de la demande dans les mémoires flash NAND, dont il est le leader mondial avec près de 37% du marché selon TrendForce, Samsung Electronics est engagé dans un programme massif d’accroissement de ses capacités de production. L’investissement en Chine s’inscrit dans cet effort. Il vise à lui donner les moyens de tirer parti de l’appétit d’ogre des Chinois envers les puces mémoires, composants clés des équipements qu'ils construisent comme les serveurs, les tablettes ou les smartphones.

Selon Doug Young, ce projet est prévu de longue date. Le fait que Samsung Electronics ait choisi de l’annoncer maintenant n’est pas innocent. Dans un contexte géopolitique compliqué, le groupe coréen veut amadouer Pékin et éviter les représailles chinoises qui frappent les entreprises coréennes depuis l’installation par la Corée du Sud en avril 2017 du bouclier anti-missile Thaad. Bien qu’il soit officiellement destiné à intercepter les éventuels missiles nord-coréens, ce système est perçu par la Chine comme une menace pour sa sécurité.

Se servir des autorités locales comme relais auprès de Pékin

Samsung Electronics a offert à la Chine la seule usine de mémoires flash NAND sur son territoire pour un investissement de 10 milliards de dollars. Avec le nouveau coup de pouce prévu d’ici trois ans, son engagement dans le pays va se monter à 17 milliards de dollars, ce qui représente son plus gros investissement industriel en dehors de la Corée du Sud. Le groupe coréen peut se targuer de contribuer au développement d’une région située à l’intérieur du pays, avec un impact industriel et économique important sur l’écosystème régional. De quoi contenter les autorités locales et régionales, meilleur relais pour défendre Samsung Electronics auprès du gouvernement central.

La Chine est engagée dans une course contre la montre pour se doter d’une capacité indigène de production de puces mémoires. Fer de lance de cette offensive, Tsinghua Unigroup est en train d’investir la bagatelle de 54 milliards de dollars dans deux méga usines de puces mémoires, l’une à Wuhan (24 milliards de dollars), l’autre à Nanjing (30 milliards de dollars), avec une mise en service prévue au second semestre 2018. Samsung Electronics veut apparaitre comme un acteur contribuant au développement de la production locale de mémoires tout en offrant une technologie au top niveau mondial. L’objectif inavoué est de barrer la route aux nouveaux entrants chinois en verrouillant son marché sur place grâce la stabilité de sa production, la qualité de ses produits et la supériorité de sa technologie.

Inciter les Chinois à acheter ses smartphones

Pour Doug Young, Samsung Electronics espère enfin redorer son image auprès des consommateurs chinois pour les faire revenir vers ses téléviseurs, son électroménager et surtout ses smartphones où la marque coréenne n’est plus que neuvième en Chine alors qu’elle dominait le marché il y a deux ans. Les enjeux sont considérables. La Chine est le plus gros marché de smartphones au monde. Samsung Electronics en a besoin pour conserver son leadership mondial dans les mobiles.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus