L'Usine Aéro

Pourquoi Safran n'a pas réussi à produire le moteur du Falcon 5X de Dassault

Olivier James , , ,

Publié le , mis à jour le 13/12/2017 À 19H08

Dassault vient d'annoncer qu'il engageait le processus de résiliation du contrat Silvercrest conduisant à l’arrêt du programme Falcon 5X. Dans cet article publié initialement en mars 2016, nous expliquions pourquoi le développement du Silvercrest, dédié à l’aviation d’affaires et notamment au Falcon de Dassault, était devenu un vrai casse-tête pour Safran. Revue de détail des erreurs commises.

Pourquoi Safran n'a pas réussi à produire le moteur du Falcon 5X de Dassault
Falcon 5X de Dassault
© DR

En 2016, Lors de la présentation des résultats annuels, le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, fait un constat abrupt et inhabituel : "Nous sommes déçus de ce contretemps important […]. La réalité dépasse le pire de nos cauchemars". Il ne digère toujours pas le retard pris par Safran dans le développement du Silvercrest, le moteur qui équipera tous les Falcon 5X.

Et le dirigeant d’assurer que des négociations liées aux compensations financières sont engagées. Il faut dire que la certification du jet d’affaires, prévue début 2015, est reportée au début de l’année 2018. Quant aux premières livraisons, elles devraient s’effectuer début 2020, et non plus fin 2017.

Un décalage du programme d’un peu plus de deux ans qui a obligé Dassault Aviation à "geler la production" de l’appareil. Et le 13 décembre 2017, le couperet tombe Dassault annonce la fin du programme Falcon 5X et son divorce avec Safran. 

Paradoxe

Des difficultés qui relèvent du paradoxe. Safran, via sa filiale motoriste Snecma, est l’artisan avec l’américain General Electric du best-seller aéronautique CFM 56, un moteur vendu à plus de 29 000 exemplaires, mais aussi de son successeur cumulant déjà plus de 10 000 commandes, le Leap. Deux moteurs qui équipent les monocouloirs d’Airbus et de Boeing, les familles A320 et 737. Sa réputation n’est plus à faire, ses savoir-faire incontestables. En outre, les retards dans les grands programmes sont monnaie courant dans le secteur aéronautique. Snecma ne serait-il pas en mesure de maîtriser la "partie chaude" (chambre de combustion et turbine) des moteurs, partie dont il n’est pas responsable pour le Leap ? Ce serait oublier qu’il développe et produit entièrement le SaM146 qui équipe l'avion régional Superjet 100 de Sukhoi.

Comment dès lors expliquer que ce groupe industriel se retrouve en difficulté dans le développement d’un moteur de moindre dimension, puisque destiné à l’aviation d’affaires ? Réponse : les équipes du groupe ont quelque peu pêché par excès de confiance. Ils avaient les yeux rivés sur le Leap et le défi industriel de sa montée en cadence de production, avec 2000 moteurs par an dès 2020. Dès lors, Safran n’a peut-être pas accordé toute l’attention requise pour la mise au point du Silvercrest.

La filiale Turbomeca, spécialisée dans les "petits moteurs" pour hélicoptères, aurait pu servir d'appui pour le développement. Mais, les équipes de Snecma ont effectué le chemin inverse. Ils ont adapté leurs connaissances des "gros moteurs" pour créer ce produit de plus petite dimension.

Trop de souplesse

Lors de ses premiers essais, le Silvercrest a laissé apparaître une trop grande souplesse. Des jeux trop importants entre les différentes pièces qui le composent compliquent l’optimisation recherchée du flux aérodynamique. Et cela obèrent les performances de la machine. Pour atteindre les performances attendues, le moteur est poussé dans ses limites, de quoi provoquer des échauffements et contribuer à une usure prématurée. En un mot, les équipes de Snecma ne peuvent que constater que le moteur n’est encore en mesure d’atteindre tous les objectifs fixés.

A cela se sont greffées d’autres difficultés qui ont pesé sur le planning de résolution des problèmes rencontrés. Comme Cédric Goubet, à la tête de la division Moteurs Civils de Snecma, l’avait expliqué en 2015 à L’Usine Nouvelle, les branchements avec le banc d’essai volant (un avion G2 de Gulfstream) se sont révélés plus complexes que prévus. Le sous-dimensionnement du système de régulation thermique, qui limite les risques de givrage du carburant, est également mis en cause. Mais, durant l’été 2015 ce sont bien des lacunes dans la mise au point du contrôle des jeux et la maîtrise de la déformation du moteur qui ont été pointées du doigt.

Solutions en cours de déploiement

Depuis, à la faveur du renforcement de ses équipes, Snecma est parvenue à dresser la liste exhaustive des dysfonctionnements observés et à définir pour chacun la solution ad hoc. Les solutions trouvées sont en cours de déploiement dans le cadre du nouveau plan de développement et d’essais. Le retard pris, de l’ordre de 24 mois et que Snecma tente de comprimer, ne sera pas de nature à réduire les ambitions du groupe dans l’aviation d’affaires. Si ce segment restera minoritaire face à l’aviation commerciale, il pourrait représenter 5% du chiffre d’affaires de Snecma d’ici 2020, soit quelque 500 millions d’euros. Un niveau qui pourrait être atteint avec le Falcon 5X, mais aussi si cela se confirme avec l’Hémisphère de Cessna et d’autres projets mis à l’étude par différents avionneurs.

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

14/02/2018 - 11h53 -

Ne pas oublier que SAFRAN avec un énorme effort financier de l'Etat a mis dix bonnes années pour développer en son temps le M88.Ne pas perdre de vue non plus que les parties chaudes du CFM 56 sont développées par GE. On ne s'instaure pas impunément fabricant de moteurs quand on est pour l'essentiel équipementier généraliste touche à tout.
Répondre au commentaire
Nom profil

17/03/2016 - 10h46 -

Messieurs,
comme tous salariés de grands groupes industriels, nous sommes tenus à un devoir de réserve, ceci afin de préserver nos intérêts mais aussi l'image de nos groupes. Le linge sale se lave en famille, de manière constructive, et pas dans les tribunes de grands quotidiens. Le secteur industriel français est connu pour ne pas être une référence en matière de confidentialité et cela se vérifie malheureusement tous les jours. Le monde a changé : apprenons à être à la hauteur des enjeux et de nos entreprises qui doivent rester une vitrine et une fierté pour tous.
Cordialement.
Répondre au commentaire
Nom profil

22/02/2017 - 07h41 -

Bien du retard sur ma réponse mais je le devais de réagir. Mr AFLOUNET, il est évident que préserver l'image du fleuron national (safran) est important. Cependant les sous traitants qui crèvent d'un arrêt de production soudain appris bien souvent dans les journaux, montre l'intérêt de ces derniers. Communiquer sur des retards ainsi que les problèmes rencontrés aurait évité bien des soucies à beaucoup de PME. Comme d'habitude ces sociétés sont ignorés dans le calcule de l'image, du bénéfice et la vie national. Un grand groupe devrait assumer. On informe et anticipe pour apprendre de nos erreurs et on rassure. Car la politique du parapluie avec la recherche obsédante de coupable plutôt que de résultat, devient malheureusement ainsi l'exemple à suivre. Car il est simple de comprendre que le LEAP est un projet bien plus prioritaire que le Silvercrest. Le risque est complètement différent aussi. Cependant il n'excuse en rien le silence sur cette affaire. André
Répondre au commentaire
Nom profil

13/03/2016 - 17h57 -

Bonjour,

Il se trouve que je connais bien les Falcon et je suis étonné de voir le commentaire suivant; Le sous-dimensionnement du système de régulation thermique, qui limite les risques de givrage du carburant, est également mis en cause.
je n'ai pas connaissance sur nos Falcon de réchauffage du circuit carburant ..Peut etre que le journaliste a voulu parle du prelevement d;air pour l'anti-givrage de becs.
Philippe
Répondre au commentaire
Nom profil

23/07/2016 - 09h06 -

Bonjour Philippe, Non il n'y a pas d'erreurs sur ce point. La régulation thermique du carburant n'est pas de la responsabilité de l'avionneur mais du motoriste. Il y a un échange calorifique continu entre l'huile moteur (qui doit être maintenue à une température typiquement inférieure à 200°C) et le carburant qui est prélevé dans les réservoirs de l'avion (et qui ne doit pas geler). Généralement cette régulation est réalisée au moyen de plusieurs échangeurs à tubes (typiquement 3), positionnés dans le moteur. Cordialement
Répondre au commentaire
Nom profil

24/10/2017 - 17h22 -

Bonjour Philippe, Il se trouve que je connais très bien les FALCON et leurs moteurs, et " OUI " depuis longtemps on cherche à refroidir l'huile et réchauffer le carburant sur tous les moteurs de la gamme et cela date de 1963 pour ce qui est des réacteurs ... Ce qui n'empêche pas de dire haut et fort que SAFRAN a bien merdé sur le coup !
Répondre au commentaire
Nom profil

12/03/2016 - 13h59 -

Ce que votre article ne dit pas c'est que le PDG de Snecma de l'époque n'a aucunement anticipé les développements simultanés à venir du Leap et du Silvercrest. Pour des raisons boursières il a vidé les bureaux d'études des personnels d'expérience. Il s'est même vanté d'avoir été le seul dans le groupe à réduire autant les effectifs. La conséquence a été que les développement des nouveaux moteurs a été effectuée avec des équipes très jeunes et assez inexpérimentées. La priorité à été mise sur le Leap et le Silvercrest, bien que comportant plus de paris technologiques (compresseur axialocentrifuge notamment) n'a pas bénéficié de l'apport d'équipes d'expérience que ce soit du côté Snecma (elle avaient été décimées) que du côté TURBOMECA qui n'a pas voulu s'engager dans la conception d'un moteur plus gros que ceux dont TURBOMECA avait l'habitude. Ce désastre est donc le produit d'une mauvaise gestion, d'un manque d'anticipation de la part d'un dirigeant ignorant tout des longs cycles de l'industrie du moteur. L'ironie de la situation est que le PDG en question n'est autre que Petitcolin, actuel DG du groupe. Tout ce que je dis est vérifiable pour celui qui veut s'en donner la peine.
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte