Pourquoi Safran doit embaucher 90 personnes pour... un miroir

L’une des filiales de Safran est chargée du polissage et du montage du miroir primaire de 39 mètres de diamètre du futur télescope géant ELT. Le groupe va créer 90 emplois hautement qualifiés.

Partager
Pourquoi Safran doit embaucher 90 personnes pour... un miroir

C’est le miroir de tous les records. Un diamètre de 39 mètres. Un total de 798 segments, des petits miroirs en vitrocéramique, asphériques et hexagonaux de 1,5 m pointe à pointe. En remportant le contrat de polissage et de montage sur support du miroir primaire du télescope géant ELT (Extremely large Telescope) qui entrera en service en 2024 au Chili, Safran rappelle qu’il n’est pas seulement un motoriste. C’est plus précisément Safran Reosc, filiale de Safran Electronics & Defense, qui a raflé la mise auprès de l’ESO (European Southern Observatory).

"Safran Reosc va créer 90 emplois hautement qualifiés afin de produire jusqu’à un segment par jour, précise le groupe dans un communiqué. 50 de ces emplois seront localisés dans l’établissement de Safran à Poitiers (Vienne), spécialisé dans les équipements optiques et optroniques, qui, à cette occasion, ouvrira un nouveau centre de production dédié à ce projet. De plus, 40 emplois seront créés par Safran Reosc à Saint Pierre-du-Perray (Essonne)".

Un savoir-faire unique

C’est loin d’être une première pour Safran Reosc spécialisé dans le polissage des miroirs haute performance destinés aux satellites, aux télescopes et à l’industrie des semi-conducteurs. Déjà pour l’ELT, l’entreprise a remporté depuis 2015 les segments M2, M3 et M4 alors que le télescope en comprend 5 au total. Safran Reosc avait aussi des miroirs pour le prédécesseur de l’ELT, le Very Large Telescope (VLT), ainsi que les télescopes Gemini, Gran Telescopio de Canarias et James Weeb, et les satellites Météosat, Spot et Hélios.

A l’origine créée en 1937 – puis rachetée par Sagem en 1999 – Safran Reosc possède un savoir-faire assez rare. Le communiqué le souligne. "Chaque segment sera poli jusqu’à présenter des défauts de surface tellement faibles qu’ils seraient en comparaison inférieurs à la hauteur d’une petite coccinelle si chaque segment avait la taille de la France entière". Poétique.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SAFRAN REOSC

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingenieur-e Mécanique

Safran - 23/11/2022 - CDI - Poitiers

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

67 - Seltz

Construction d'un bâtiment d'accueil au camping Salmengrund Seltz

DATE DE REPONSE 09/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS