Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Pourquoi Renault s'allie dans la voiture électrique à Jiangling Motors en Chine

, , , ,

Publié le , mis à jour le 17/07/2019 À 12H08

Renault a annoncé mercredi 17 juillet la création d'une coentreprise avec le chinois Jiangling Motors Corporation Group (JMCG) pour produire des véhicules électriques en Chine. L'enjeu est important pour le constructeur automobile français.

Renault s'allie dans la voiture électrique à Jiangling Motors en Chine
Renault avait dévoilé au dernier salon de Shanghai son nouveau véhicule électrique, le SUV City K-ZE.
© Renault. Anthony BERNIER

Renault a décidé de s'allier via une coentreprise avec le chinois Jiangling Motors Corporation Group (JMCG) pour produire des véhicules électriques en Chine. Le constructeur français va augmenter son capital social d'un milliard de yuans (environ 128,5 millions d'euros) pour détenir 50% de JMEV, filiale de JMCG, a-t-il annoncé le 17 juillet.

"La Chine est un marché clé pour Renault. Ce partenariat (...) soutiendra notre plan de croissance et nos capacités dans le domaine des véhicules électriques", précise Renault dans un communiqué.

Les grandes ambitions de Renault...

Grâce à cette coentreprise, le groupe "pourra étendre son influence sur le marché chinois, tandis que JMCG sera en mesure d'intégrer et d'exploiter davantage de ressources, ce qui favorisera sa croissance rapide à l'avenir".

En avril, Renault avait déjà annoncé se doter d’un centre de design en Chine, à Shanghai. Ses objectifs dans le pays sont grands: d'ici à 2022, le constructeur veut atteindre 550 000 ventes dans le pays.

Renault mise notamment sur son SUV électrique City K-ZE pour conquérir la Chine. Il s’agit du premier véhicule électrique de segment A chez Renault.

... Mais les ventes du Français en fort recul en Chine

Les enjeux en Chine sont d'autant plus stratégiques que Renault a annoncé mardi 16 juillet une baisse de 6,7% de ses ventes mondiales au premier semestre. Si PSA attribue le recul de ses ventes à la récession économique en Chine et à l'arrêt total des ventes en Iran depuis l'été dernier, ce qui le condamne à devenir tributaire de l’Europe, qui représente désormais 88% de ses ventes totales, Renault souffre pour sa part des marchés en recul en Russie, son deuxième marché, et en Chine. Dans ce dernier, la chute de 23,7% des ventes de Renault est largement supérieure à celle de 12,7% du marché.

 

avec Reuters (Pascale Denis, édité par Benoît Van Overstraeten)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle