Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pourquoi Microsoft choisit-il Huawei pour l’Afrique ?

, , , ,

Publié le

Ce n’est pas avec Nokia, mais avec le chinois Huawei que Microsoft a décidé de lancer son Windows Phone en Afrique. Pourtant, le modèle a une légère ressemblance avec le Lumia 900 finlandais… Ce smartphone est une version spécifique du Ascend W1 annoncé le mois dernier par Huawei.  

Pourquoi Microsoft choisit-il Huawei pour l’Afrique ? © D.R. - Huawei

Les entreprises citées

Écran tactile, processeur Qualcomm quadri-cœur, appareil photo 5 MegaPixels, plus de 9 heures d’autonomie en conversation et en 3G… Le Windows Phone Microsoft-Huawei pour l’Afrique n’est clairement pas une entrée de gamme. Ce que veulent les deux géants, c’est le personnaliser pour l’Afrique (il sera disponible ce trimestre en Égypte, au Nigeria, au Kenya, en Côte d’Ivoire, en Angola, au Maroc et en Afrique du Sud). Une personnalisation dont on connaît encore peu les détails mais qui passe en particulier par un app store spécifique au continent. Avec certaines apps "développées par des Africains pour les Africains" comme le précise le communiqué de Huawei. Peu de précisions complémentaires pour l’instant, mais les usages africains de la mobilité sont effectivement particuliers et les acteurs américains commencent à le comprendre. Comme Facebook qui a fini par mettre au point, avec Orange, une version de son app pour des mobiles d’entrée de gamme en Afrique.

La gamme de Nokia pas adaptée

On s’en doutait, mais Microsoft confirme avec cette annonce qu’il n’a pas besoin de Nokia pour développer les parts de marché de son système mobile. Pour le finlandais, la nouvelle n’est donc pas forcément bonne. Bien sûr, il n’a pas l’exclusivité de Windows Phone mais jusqu’ici, il était le seul à avoir un partenariat de proximité avec Microsoft (même si aucun des deux n’en a jamais précisé les modalités). Ses Lumia sont sans doute trop haut de gamme pour les pays émergents. Et sa gamme de smartphones pour ces mêmes régions, les Asha, ne tourne pas sous Windows Phone…

Une logique de coût de production

Le choix de Huawei par Microsoft pour le continent africain n’est pas innocent (comme on peut s’en douter). Dans son communiqué, le chinois précise ainsi être présent en Afrique depuis 1999 et avoir ''déjà travaillé avec 18 gouvernements africains.'' Il produit aussi sans doute plus facilement des smartphones au coût acceptable pour attaquer un marché au pouvoir d’achat limité. De plus, alors que l’iPhone d’Apple et les Galaxy de Samsung laissent peu de place aux autres acteurs dans les pays développés, le chinois et l’américain trouvent dans ce partenariat une opportunité d’attaquer un marché encore quasiment vierge de smartphones.

Enfin, passons sur les argumentaires pseudo-philanthropiques des deux géants : "Nous voulons accompagner la jeunesse, les entrepreneurs, les développeurs, et les leaders économiques et politiques afin de transformer leurs grandes idées en réalité qui puisse aider leur communauté, leur pays, le continent et au-delà…" annonce ainsi sobrement Microsoft. Mais l’annonce de ce Windows Phone pour l’Afrique s’insère dans le cadre de l’initiative bien plus ambitieuse Microsoft 4Afrika focalisée sur le continent. Parmi les projets déjà annoncés, un déploiement de très haut débit mobile au Kenya, un hub d’applications gratuites pour les PME locales, une formation spécifique à l’informatique pour les femmes en Afrique du Nord, et une formation au Kenya et au Nigeria sur les Lumia 510 et 620 pour accélérer l’adoption des smartphones.

Quant à Huawei… Ce partenariat avec Microsoft a presqu’un petit goût de revanche, alors que les USA lui ferment les portes de ses réseaux de télécommunications. Et alors qu’il est le numéro deux mondial des équipements télécoms, l’opération lui offre la reconnaissance qu’il n’a pas encore dans le monde des téléphones (même s’il a présenté il y a un an, au Mobile World Congress, un smartphone très haut de gamme avec son propre processeur).

Alors, un nouveau couple à l’assaut d’Apple et de Samsung ? Tout du moins, un accord entre deux géants qu’il va falloir suivre de près.

Emmanuelle Delsol

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle