Pourquoi les stock-options n'ont plus la cote

Longtemps considérées comme l'outil favori des grandes entreprises pour fidéliser leurs cadres dirigeants, les stock-options commencent à montrer leur limite. Elles sont de plus en plus concurrencées par les plans d'attribution d'actions gratuites.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pourquoi les stock-options n'ont plus la cote

En déclarant le 19 février dans le JDD qu'il souhaitait mettre fin aux stock-options dans son groupe, Jean-Paul Agon, le PDG de L'Oréal, suit une tendance de plus en plus marquée chez les entreprises. "On voit de plus en plus de plan d'actions gratuites, car cela permet de mieux fidéliser les salariés", estime ainsi Olivier de Maison Rouge, un avocat spécialisé en droit des affaires.

Air France, Air Liquide, EADS ou encore Safran ont ainsi tous lancé des plans d'actions gratuites pour leurs salariés. "La possibilité de donner des stock-options a été approuvée par l'Assemblée générale de Safran, mais elle n'a jamais été utilisée", révèle ainsi Michèle Monavon, la présidente d'Actio'S, l'association des salariés actionnaires du groupe.

A la place, l'industriel a préféré lancer un plan d'actions gratuites pour tous ses salariés. "En avril 2009, Safran a fait une distribution gratuite d'actions aux salariés, à raison de cent actions par personne, reprend la présidente d'Actio'S. Elles ont été livrées en avril 2011 avec une période de conservation de deux ans."

L'une des raisons du développement des plans d'attribution d'actions gratuites tient à l'image désastreuse des stock-options auprès du grand public. Pourtant, à l'origine, ce système d'inspiration américaine permettant de poser une option sur l'achat d'actions à un prix prédéfini (souvent inférieur au cours du marché), puis de les revendre plus tard, avait pour objectif d'intéresser les salariés aux performances de l'entreprise tout en préservant la stabilité du capital social.

"Elles relevaient de la conception gaullienne de l'ouverture du capital, comme la participation ou l'intéressement, rappelle Olivier de Maison Rouge. Ce qui les a rendues politiquement incorrectes, c'est qu'elles sont devenues un complément de rémunération des cadres dirigeants alors qu'à l'origine, elles servaient plutôt d'outil de stabilisation du capital."

Une stabilité de capital légèrement renforcée

Dans le principe, les plans d'attribution d'actions gratuites ressemblent néanmoins très fortement aux stock-options, à quelques différences près. En premier lieu, la gratuité de l'action ne fait plus courir aucun risque au salarié, qui est certain d'empocher une plus-value à la revente quelque soit le moment qu'il choisit pour sortir du capital de son entreprise. Contrairement aux stock-options, qui imposent au salarié de spéculer sur le cours de son entreprise.

"On peut arriver aux même conditions de performance avec la distribution d'actions gratuites ou de stocks options mais la différence c'est que les stocks options nécessitent une décision de son bénéficiaire, confie ainsi Pierre-Henri Leroy, le président de Proxinvest. La question de fond, c'est "quand est-ce que je lève mon option ? Quand est-ce le plus intéressant ?". Cette question ne se pose pas pour les actions gratuites".

Du point de vue de l'entreprise, la stabilité du capital est légèrement renforcée dans le cadre des actions gratuites. "Les délais d'acquisition et d'incessibilité sont plus longs que pour les stock-options", explique Olivier de Maison Rouge.

L'autre grande différence, tient à la fiscalité, un peu plus avantageuse dans le cas des actions gratuites. Les cotisations salariales et patronales s'élèvent en effet respectivement à 8 % et 14 % pour les stock-options, contre 2,5 % et 10 % pour les actions gratuites jusqu'à 17 676 euros, puis elles passent sous le régime des stock-options.

Les plus-values d'acquisition et de cession sont en revanche imposées selon le même régime. Mais, dans le cas des actions gratuites, elles ne sont dues qu'au moment de la vente des actions, tandis que la plus-value d'acquisition doit être payée au moment de l'achat des actions dans le cadre des stock-options.

0 Commentaire

Pourquoi les stock-options n'ont plus la cote

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS