Pourquoi les réacteurs nucléaires EPR 2 d'EDF coûteront plus cher et arriveront plus tard que prévu

Un document de travail du gouvernement, publié par Contexte, révèle de nombreuses incertitudes sur le projet de construction de trois paires d’EPR 2 par EDF. Ces incertitudes font gonfler factures et délais et relativisent le chiffrage de RTE concluant à l’avantage du nouveau nucléaire sur le tout renouvelable à l’horizon 2050.

Partager
Pourquoi les réacteurs nucléaires EPR 2 d'EDF coûteront plus cher et arriveront plus tard que prévu
Pour réduire les risques industriels, EDF veut construire trois paires d'une version optimisée de l'EPR de Flamanville (Manche), l'EPR 2.

Le rapport Futurs énergétiques 2050 de RTE, publié le 25 octobre, devait fournir des arguments scientifiques et économiques pour décider, ou non, de la construction de nouveaux réacteurs nucléaires (EPR). Mais les experts du gestionnaire du réseau électrique ont-ils bien pris en compte, dans leur évaluation des six scénarios à 2050, toutes les incertitudes du projet d’EDF de construire trois paires d’EPR 2 ? Des incertitudes que révèle un document de travail récent, publié en octobre, du ministère de la Transition énergétique et de Bercy. Rédigé en grande partie par la Direction générale énergie climat, il est relayé par Contexte.

La ministre Barbara Pompili a justement annoncé, le 26 octobre, la publication « très prochaine » d’une évaluation par le gouvernement des coûts du nouveau nucléaire. Mais il ne s’agira probablement pas de la version fuitée. Ce que confirme le cabinet de Barbara Pompili, qui ne valide pas les chiffres qu'il contient et a tenu à préciser qu'il ne s'agissait que d'un « document de travail, non finalisé » qui ne « tenait compte que d'un seul audit » du dossier EPR 2 remis par EDF au printemps, sur les deux prévus dans la programmation pluriannuelle de l'énergie. On comprend leur gêne. Car cette première version inquiète plus qu’elle ne rassure sur la maturité du projet de nouveau nucléaire d’EDF, le chiffrage de son coût et la tenue des délais.

5 500 à 6 000 euros par kW hors conception

[...]

Cet article est réservé à nos abonnés L'Usine Nouvelle

Soutenez un journalisme d'expertise.

Déjà abonné ? Connectez-vous

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Technicien Chimiste - Recyclage des Batteries F/H

ORANO - 21/01/2023 - CDI - Bessines-sur-Gartempe

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

30 - CC RHONY VISTRE VIDOURLE

Fourniture et acheminement de gaz

DATE DE REPONSE 02/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET ABONNEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À L'USINE NOUVELLE

Rejoignez la communauté des professionnels de l’industrie et profitez d'informations et données clés sur votre secteur.

Découvrez nos offres