Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Pourquoi les bétons recyclés peinent encore à convaincre les acteurs du bâtiment

Franck Stassi , ,

Publié le

Les bétons à base de granulats recyclés peuvent s’imposer dans la construction… à condition de désamorcer les craintes des promoteurs. Certaines collectivités s’emparent du sujet.

Pourquoi les bétons recyclés peinent encore à convaincre les acteurs du bâtiment
Les bétons à base de granulats recyclés peuvent s’imposer dans la construction… à condition de désamorcer les craintes des promoteurs.
© Consolis

Sommaire du dossier

Dans l’industrie de la construction, pourquoi n’accélère-t-on pas dans l’emploi de bétons à base de granulats recyclés ? "Les innovations mettent toujours du temps à s’installer. Il existe une appréhension sur les bétons à base de matériaux recyclés car la norme se limite à un taux de 30%, donc plusieurs acteurs n’envisagent pas d’aller au-delà", observe Laurent Truchon, directeur délégué bâtiment au Centre d’information sur le ciment et ses applications (Cimbéton). Actuellement, la norme NF EN 206 dispose que les granulats recyclés pouvaient être intégrés dans les bétons structurels jusqu’à 30% et jusqu’à 100% pour les bétons non-structurels. Des taux qui peuvent être atteints sans difficulté grâce au gisement de 20 millions de tonnes de déchets de béton produits chaque année en France, dont 500 000 tonnes par les industriels du béton (résidus du nettoyage, produits défectueux, produits de tests, restes de granulats).

"Le projet national Recybéton va aider à rassurer les acteurs", veut croire Laurent Truchon. Ce programme de recherche, prévu pour courir jusqu’à la fin de l’année, a permis de prouver, à travers divers chantiers expérimentaux (une bibliothèque, un entrepôt logistique, un collège…) qu’il était possible d’utiliser des matériaux recyclés dans le béton sans pour autant altérer les caractéristiques techniques des ouvrages. "D’un point de vue matériaux, il n’y a plus vraiment de freins. On a montré que le béton se comportait de matière tout à fait acceptable. Il faut arrêter de parler d’expérimentations, et il faut rappeler que ces bétons ont la même résistance que des bétons traditionnels", appuie Marjorie Petitpain, ingénieur matériaux au Centre d’études et de recherche de l’industrie du béton (Cerib), dans les allées du salon World of Concrete Europe, organisé du 23 au 28 avril à Villepinte (Seine-Saint-Denis).

Pour sa deuxième édition européenne, la manifestation met à l’honneur le recyclage et la démolition. Elle se tient conjointement à Intermat, le salon international des infrastructures du BTP et des matériels de chantier. "Le béton est un matériau très technique, mais vraiment au cœur de l’économie circulaire puisque la filière bénéficie de circuits courts. Les aspects esthétiques du béton et sa capacité à être intégré avec d’autres matériaux sont mis en avant par les exposants. Grâce à lui, nous attirons des visiteurs qui s’intéressent au recyclage", observe la directrice des salons, Isabelle Alfano. La France compte environ 1000 entreprises dans le secteur de la démolition et du recyclage, qui réalisent un peu moins de 900 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Des obligations dans les commandes

Engagée dans plusieurs projets de renouvellement urbain, la métropole de Chartres (Eure-et-Loir) s’est emparée du sujet en imposant aux promoteurs avec lesquelles elle travaille des proportions de granulats recyclés dans le béton, de 15% à 30% selon les dossiers. Elle a également organisé des réunions d’information avec le Cerib afin de désamorcer les craintes sur l’obtention de la garantie décennale ou sur les conditions de vie dans un logement composé de bétons contenant des matériaux de réemploi. La région Hauts-de-France a, quant à elle, fait évoluer son plan régional de prévention et de gestion des déchets pour intégrer la notion de "ressources". Les pouvoirs publics n’ont pas fini de s’emparer du sujet…

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle