L'Usine Agro

Pourquoi le prix des œufs de Pâques devrait augmenter

Franck Stassi ,

Publié le

Conséquence d’une réduction de l’offre et d’une hausse simultanée de la demande, les prix du cacao, de ses produits dérivés et du sucre, les ingrédients phares du chocolat, ont fortement augmenté en 2015.

Les œufs de Pâques que vous consommerez peut-être cette année devraient coûter plus cher que l'an dernier ! Le prix moyen du chocolat au lait a progressé de 10% entre mars 2015 et mars 2016, estime le consultant britannique Mintec. Parmi les ingrédients-clefs du chocolat, le cacao a enregistré une hausse de ses prix de 7,6% sur un an, à 2813,30 dollars par tonne selon l’Organisation internationale du cacao (ICCO).

"La demande mondiale de cacao devrait dépasser la production, conduisant à un déficit d'approvisionnement en 2015-16", explique Corrina Hutchings, analyste de marché. D’après les premières estimations, le marché serait déficitaire de 113 000 tonnes en 2015-16. La production reculerait de 1,8 % sur l’année, à 4,1 millions de tonnes. La récolte de la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, perdrait 100 000 tonnes, à 1,69 million de tonnes. La production de fèves reculerait quant à elle de 2%, à 4,154 millions de tonnes.  

Les prix de la poudre de cacao et ceux du beurre de cacao ont pour leur part respectivement progressé de 26% et de 15% sur un an, précise Mintec, les capacités de production n’ayant pas suivi la hausse de la demande. Autre ingrédient phare du chocolat, le sucre a quant à lui vu ses prix flamber de 30% entre la fin mars 2015 et la fin mars 2016. Le phénomène climatique El Niño a notamment affecté les conditions de culture au Brésil et en Asie, provoquant des incertitudes sur les récoltes à venir.

Le deuxième temps fort de l'année pour les chocolatiers

On ne sait pas encore si ces chiffres influeront sur la consommation de chocolat cette année. En 2015, 15 180 tonnes en ont été vendues en France lors de la période de Pâques (sur un total de 396 500 tonnes écoulées au cours de l’année), en hausse de 1,9%. Il s’agit du deuxième temps fort de l’année pour la production des chocolatiers, derrière Noël. Avec 6,69 kg par an et par habitant, les Français n’occupent que la septième place des consommateurs européens de chocolat, loin derrière l’Allemagne (12,22 kg) et le Royaume-Uni (8,86 kg). La croissance de la demande asiatique, elle, n'est pas au rendez-vous.

Franck Stassi

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte