Pourquoi le F-35 de Lockeed Martin est une menace pour l'industrie aéronautique militaire européenne

Le F-35, l'avion de chasse construit par Lockheed Martin a beau être critiqué, il n'en reste pas moins un adversaire redoutable pour le Rafale ou l'Eurofighter. En séduisant des pays européens, le F-35 se présente comme "une machine à détruire l'industrie aéronautique de défense européenne", selon Massi Begous, directeur associé du cabinet Roland Berger, en charge de l'industrie aéronautique.

Partager
Pourquoi le F-35 de Lockeed Martin est une menace pour l'industrie aéronautique militaire européenne

Et si l'Europe devenait incapable de construire un avion de chasse. Cette idée, aujourd'hui inconcevable au lendemain des succès à l'export du Rafale, pourrait devenir une réalité dans un futur proche. En cause, le programme F-35. L'avion de chasse américain développé depuis 2001 par Lockheed Martin pourrait enterrer à jamais les espoirs de construire un successeur au Rafale français ou à l'Eurofighter européen.

Une liste de clients en majeure partie européens

"Le F-35 est une machine à détruire l'industrie aéronautique militaire européenne, prévient Massi Begous, le directeur associé du cabinet Roland Berger, en charge de l'industrie aéronautique. Les pays qui optent pour ce chasseur renoncent à terme à conserver les capacités de concevoir leur propre avion. Dans les 10 à 15 ans, lorsqu'il faudra penser au successeur du Rafale et de l'Eurofighter, quels pays auront encore les compétences pour le développer : la France, la Suède et l'Allemagne, si elle ne choisit pas le F-35 pour remplacer ses Tornado. Pour des raisons de coûts, le Rafale et le Grippen (avion de chasse suédois, ndlr) seront probablement les derniers avions construits par un pays unique, en dehors des Etats-Unis, de la Russie ou de la Chine."

Parmi les clients ayant opté pour le nouvel avion de chasse américain : le Royaume-Uni, la Turquie, l'Australie, l'Italie, les Pays-Bas, le Canada, la Norvège, le Danemark, le Japon, la Corée du Sud et Israël. A cette liste, il faut ajouter les pays prospects, ceux qui pourraient acheter l'appareil mais n'ont pour l'heure pas fait leur choix. Il s'agit de la Belgique, la Finlande, l'Espagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie, l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis.

Une liste qui ne peut qu'approuver un risque majeur pour l'industrie européenne. Pour preuve, les pays contributeurs de l'Eurofighter sont séduits par l'avion américain. L'Italie et le Royaume-Uni ont d'ores et déjà pris commande du F-35, l'Espagne fait partie des pays prospects, et l'Allemagne reste incertaine.

Un avantage assez faible par rapport au Rafale

L'engin de Lockheed Martin serait-il si supérieur aux avions actuels pour attirer autant de clients ? Pas vraiment. Le point fort de l'appareil résiderait d'avantage dans le rayonnement international des Etats-Unis que dans ses capacités. "Le F-35 est censé être un avion de 5e génération, précise le directeur associer de Roland Berger. Il remplit donc plusieurs caractéristiques dont la super-croisière, le vol à haute altitude, la furtivité ou encore la fusion de données. En revanche, le critère de super manœuvrabilité n'est pas rempli."

L'avion de chasse américain serait donc moins adapté aux combats aériens, mais pour autant plus adapté au type de conflits actuels. Dans la majorité de leurs déploiements, les chasseurs ne se confrontent pas à des capacités aériennes de la part des ennemis. Un point qui, à l'heure actuelle, constitue plutôt un avantage qu'un handicap pour le F-35. "L'avion possède une capacité vis-à-vis des radars au sol et peut donc s'approcher beaucoup plus près d'un objectif, détaille Massi Begous. Un avion comme le Rafale, qui n'a pas été conçu comme un appareil furtif, ne pourra pas s'approcher aussi près et devra utiliser des armements avec une allonge supérieure pour ne pas être détecté par les radars des défenses anti-aériennes." Pourtant, cette caractéristique adaptée aux missions actuelles ne reflète pas l'ensemble des performances de l'appareil de Lockheed Martin. "Le F-35 va noyer le marché avec un avion marginalement supérieur au Rafale sur le plan de la furtivité, et assez inférieur sur d'autres points", assure Massi Begous.

Trump, dernier espoir de l'Europe ?

Un avion aussi, voire moins, performant qui risquerait de mettre à mal l'industrie aéronautique de défense européenne, voilà ce que représente le F-35. A moins que l'arrivée de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis n'affecte l'image du chasseur. Le milliardaire républicain pourrait peser négativement sur la confiance des clients envers son pays. C'est pourtant l'un des aspects primordiaux dans les contrats de défense. "L'élection de Donald Trump peut constituer une bonne nouvelle pour l'industrie de défense européenne, analyse Massi Begous. Son caractère imprévisible pourrait faire passer les Etats-Unis pour un pays peu fiable. Or, c'est la fiabilité qui permet de réaliser des ventes d'armements. Cela a été la clé du succès du Rafale à l'export. Ce type de matériel représente un engagement sur 30 ans. Il faut pouvoir avoir confiance en son fournisseur. L'attitude de Trump pourrait donc repositionner l'Europe comme fournisseur privilégié."

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

59 - Lille

Sécurité d'un événement et des personnes.

DATE DE REPONSE 11/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS