Pourquoi la réforme du code minier congolais est stratégique pour le véhicule électrique

Dans un double mouvement, la République démocratique du Congo rehausse ses taxes sur les métaux critiques et les "super-profits" et envisage une stratégie de vente directe du cobalt aux industriels des batteries et aux constructeurs automobiles. Les compagnies minières dénoncent la trahison de l’engagement congolais sur la stabilité réglementaire du secteur.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pourquoi la réforme du code minier congolais est stratégique pour le véhicule électrique

La RD Congo produit les deux tiers du cobalt, un métal qui figure en tête de liste des approvisionnements critiques de nombre d’industriels dans le stockage et les véhicules électriques. Kinshasa l’a bien compris et souhaite reprendre le contrôle de cette ressource pour en bénéficier plus largement qu’elle ne l’a fait jusqu’ici en accordant des conditions d’investissement attrayantes aux compagnies minières.

Cadre légal révisé et stratégie de vente directe

Le marché semble penser que "le futur du cobalt est aux mains de Glencore, Trafigura et [le groupe chinois] CMOC mais pas dans celles du Congo ou de [sa compagnie nationale] Gécamines", regrette le président de la minière nationale congolaise Albert Yuma. "Nous voulons légitimement contrôler le marché du cobalt car c’est le nôtre."

Pour bénéficier de la hausse faramineuse du cours du cobalt, la RD Congo est en train de finaliser la révision de son code minier. La version votée le 27 janvier par les deux chambres du parlement congolais en introduisant une catégorie de métaux stratégiques taxés à 10% au lieu de 2% et une taxe de 50% sur les "super-profits". Entreraient dans cette définition les revenus de l’activité minière réalisés lorsque le cours de la matière concernée monte 25% au-dessus du prix envisagé dans l’étude de faisabilité bancaire. Un cas de figure relativement courant au vu de la volatilité des métaux extraits du sous-sol congolais. Le cuivre, par exemple, est remonté de plus de 65% et le cobalt de 150% depuis janvier 2016.

Des hausses liées au boom des batteries lithium-ion, composées principalement de nickel, de cobalt et de manganèse, et, pour le cuivre, du câblage électrique qui permet de les recharger et de les connecter aux composants qu’elles alimentent. Comme les terres rares il y a plusieurs années dans les énergies renouvelables et l’électronique, les matières des batteries d’appareils électroniques et de véhicules électriques sont les nouvelles matières critiques.

Les miniers refusent de se laisser déposséder

Les compagnies minières présentes en RD Congo, qui ont investi massivement ces dix dernières années dans le cadre d’un code minier incitatif datant de 2002, sont inquiètes. Elles font valoir un engagement précédent du gouvernement congolais à ne pas leur appliquer de modification du cadre légal durant une période de grâce de dix ans après le vote de cette modification. Une période de grâce remise en cause dans la version du nouveau code votée par le Parlement congolais. Plusieurs compagnies minières ont évoqué la possibilité de faire appel à un arbitrage international.

Le 11 décembre, les filiales locales de Glencore, Randgold resources, Invanhoe Mines et MMG avaient adressé un courrier commun à Leon Kengo wa Dondo et Aubin Minaku, respectivement présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale congolais, les enjoignant de suspendre le processus de vote et d’organiser une réelle consultation du secteur minier. Cette nouvelle loi "réduirait significativement la confiance des investisseurs dans l’environnement légal" de la RD Congo, affirmaient à l’unisson les miniers. Le PDG de Glencore Ivan Glasenberg avait par la suite rencontré personnellement le président congolais Joseph Kabila, sans réussir à le faire changer d’avis. Les votes des deux chambres ont été maintenus lors de sessions extraordinaires, le parlement congolais ayant fermé le 15 décembre pour reprendre ses travaux en mars.

Dans une déclaration publiée le 4 février, le PDG de Randgold Resources Mark Bristow affirme que cette décision "va sévèrement limiter la croissance de l’industrie minière en RD Congo ainsi que les perspectives économiques du pays lui-même". Le patron de Randgold regrette que "aucune de nos propositions et commentaires n’aient été pris en compte dans la version finale de la loi, qui s’avère plus draconienne encore que les versions de travail". La compagnie active dans l’or en RD Congo, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Sénégal, établie à Jersey, a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires en hausse de 5% et un bénéfice en hausse de 14%. Elle a doublé le montant de ses dividendes.

Ivanhoe, cotée en Bourse au Canada, a senti passer le vent du vote congolais : ses actions ont perdu 17% de leur valeur en janvier, qui survient néanmoins après une hausse de 56% en 2017. Elle développe actuellement la mine de cuivre de Kamoa-Kakula. Des analystes très enthousiastes chez Bernstein avaient qualifié le projet de "plus gros gisement de cuivre de l’histoire de l’humanité" et la société de Robert Friedland d’ "entreprise la plus importante au monde", en raison de la demande croissante de cuivre pour le marché des véhicules électriques. Wood Mackenzie a depuis confirmé qu’il s’agissait du gisement non exploité le plus riche au monde. C’est en tout cas, de loin, celui à plus haute teneur en cuivre (3%). Prudent, Ivanhoe n’a pas souhaité commenter dans l’immédiat la modification du code minier congolais.

0 Commentaire

Pourquoi la réforme du code minier congolais est stratégique pour le véhicule électrique

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 25/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS