Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Pourquoi la mise à jour du logiciel du 737 MAX de Boeing a été retardée

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Vu sur le web Le crash du 10 mars du Boeing 737 MAX 8 en Ethiopie a réveillé les soupçons sur le logiciel MCAS développé par Boeing. Le lendemain de l'accident, le constructeur américain a confirmé travailler sur une mise à jour du système. Malgré tout, selon des informations de presse, cette amélioration était déjà attendue depuis plusieurs semaines. Le shutdown d'un mois de l'administration américaine, jusqu'au 25 janvier, est évoqué parmi les raisons du retard. L'arrivée tardive de cette mise à jour est d'autant plus au centre de l'attention qu'elle a été lancée fin 2018, à la suite du crash du vol de Lion Air. Une catastrophe aérienne dont les circonstances rappellent le nouveau crash survenu sur le vol ET 302.

Pourquoi la mise à jour du logiciel du 737 MAX de Boeing a été retardée
L'usine Boeing d'Everett (Washington, États-Unis).
© Jeremy Elson / CC BY-SA 3.0

Sommaire du dossier

Les entreprises citées

Après le crash du vol ET 302 en Éthiopie, les regards sont tournés vers Boeing. Par principe de précaution, de nombreux pays ont décidé de clouer au sol leurs appareils 737 MAX. Mardi 12 mars, le constructeur aéronautique a rappelé la sûreté de son avion tandis que l’agence fédérale de l'aviation américaine (la Federal Aviation Administration, FAA) refusait de l’interdire de vol.

En parallèle, Boeing a confirmé le 11 mars qu’il allait lancer une mise à jour du logiciel du 737 MAX 8, pressé par la FAA. Quelques jours après l’accident, cette annonce accentue les interrogations sur le rôle du constructeur même si les causes du crash sont inconnues. L’origine de cette mise à jour remonte néanmoins à plusieurs mois et à une autre catastrophe aérienne dans laquelle Boeing est impliqué… Le crash du vol 610 de Lion Air qui a provoqué la mort de 189 morts le 29 octobre 2018.

Une mise à jour motivée par le crash du vol Lion Air

La responsabilité de Boeing n’apparaît pas encore en cause dans l’accident du vol 610 de Lion Air. Néanmoins, les enquêteurs indonésiens ont mis en valeur dès novembre 2018 une éventuelle défaillance des sondes d’incidence, aussi appelés AOA pour "Angle of attack". Celles-ci auraient transmis des données erronées au logiciel MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) et provoqué une activation accidentelle du système anti-décrochage. Un défaut qui peut rendre l’appareil difficile à contrôler, voire entraîner sa plongée vers la mer.

Fin 2018, à la suite du crash, Boeing a rappelé l’existence d’une procédure pour éviter une telle activation accidentelle. Malgré tout, des pilotes américains ont reproché au constructeur un manque d’information sur le fonctionnement de ce système de prévention de décrochage automatique. Des critiques suffisantes pour pousser l’entreprise à conduire une mise à jour du MCAS pour rendre inactif le logiciel dans certaines situations.

La mise à jour a fait l’objet de rumeurs insistantes dans la presse dès novembre 2018 mais son existence n’a été confirmée officiellement que le 11 mars par Boeing, au lendemain du deuxième crash concernant un 737 MAX. “Au cours des derniers mois et après le vol 610 de Lion Air, Boeing a travaillé au développement d’une amélioration du logiciel de contrôle de vol pour le 737 MAX”, a écrit l’entreprise dans un communiqué.

Retard de plusieurs semaines

En novembre 2018, environ un mois après le crash du vol 610 de Lion Air, Boeing tablait sur une mise à jour du logiciel en six à huit semaines, selon des sources de l’agence Reuters. À ce jour, la mise à jour n’a toujours pas été installée dans les appareils de Boeing. Le constructeur a précisé le 11 mars qu’elle arriverait d’ici quelques semaines et pour le mois d’avril.

En février, le Wall Street Journal évoquait plusieurs raisons à ce retard. Tout d’abord des négociations difficiles entre la FAA et le constructeur aéronautique américain. Mais aussi la prolongation du shutdown aux États-Unis qui a mis au ralenti les activités de l’agence fédérale de l'aviation américaine.

Le shutdown, ou "fermeture" en anglais, désigne l’arrêt des activités gouvernementales aux États-Unis lorsque le Congrès et le président ne parviennent pas à trouver d’accord sur le budget. Entre le 22 décembre 2018 et le 25 janvier 2019, le pays a battu son record du plus long shutdown. Une paralysie causée par le projet polémique du président Donald Trump de bâtir un mur entre les États-Unis et le Mexique pour prévenir d’éventuelles immigrations illégales.

La FAA en ligne de front en cas de shutdown

La FAA est en ligne de front dans ces cas là. Ses activités essentielles, dont le contrôle du trafic aérien, se poursuivent. Mais d’autres fonctions de l’agence, non moins importantes pour la sécurité, sont effectivement ralenties. Les inspecteurs de sécurité pour les infrastructures du contrôle du trafic aérien sont par exemple en nombre restreint et la surveillance des activités de production aéronautique sont interrompues ou réduites.

Au cours du shutdown, de nombreuses organisations du secteur ont pressé le président de mettre un terme au blocage. Parmi elles, l’Aerospace Industries Association, et l’Air Line Pilots Association qui représente 61 000 pilotes.

L’analyse des boîtes noires attendues

Il faut rester prudent sur le parallèle entre les vols de Lion Air et d’Ethiopian Airlines. Parmi les seuls points communs dressés à ce jour, on retrouve le modèle de l’avion, un crash intervenant quelques minutes après le décollage et - cela vient d’être révélé par le Wall Street Journal - des pilotes rapportant des difficultés à maintenir le contrôle de l’avion. Aucune enquête à ce jour n’existe sur un éventuel lien entre le MCAS et le crash du vol ET 302. Et rien n’indique encore qu’une mise à jour du logiciel aurait évité l’accident.

Les boîtes noires du vol ET 302 ont été retrouvées le 11 mars et leur analyse devrait permettre d’éclairer les causes de l’accident. Le 13 mars, la compagnie aérienne a indiqué que celles-ci seraient envoyées dans un pays européen qui reste à déterminer pour être lues.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle