Pourquoi la fusion entre Bayer et Monsanto coince

Le chimiste allemand Bayer pensait boucler le rachat de Monsanto d’ici la fin de l’année. Mais la Commission européenne vient de diligenter une enquête approfondie sur ce dossier. Explications.

Partager
Pourquoi la fusion entre Bayer et Monsanto coince
La Commission européenne a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête approfondie sur le projet de rachat du spécialiste américain des semences Monsanto par le géant allemand de l'agrochimie Bayer, une opération de 66 milliards de dollars (56 milliards d'euros), se disant préoccupée par ses implications en matière de concurrence. /Photo d'archives/REUTERS/Ina Fassbender

Il y a six mois, à l’occasion de la présentation des résultats annuels du groupe allemand, la direction de Bayer avait demandé à ses actionnaires de lui faire confiance. Oui, le rachat – annoncé en septembre 2016 - de l’entreprise américaine Monsanto était une bonne idée, oui, il serait bouclé avant la fin de l’année. Mais depuis quelques jours, le siège de Leverkusen est en branle. Car la Commission européenne a décidé d’ouvrir une enquête approfondie sur cette transaction de 66 milliards d’euros, qu’elle juge périlleuse pour le maintien de la concurrence dans les secteurs des pesticides, des semences et des caractères agronomiques. Pourquoi ? Car il s’agit purement et simplement du rachat du champion des semences et des OGM par le numéro deux mondial des pesticides.

Or "les semences et les pesticides sont essentiels pour les agriculteurs et, en définitive, pour les consommateurs, a rappelé la commissaire chargée de la politique de la concurrence, Margrethe Vestager. Nous devons garantir une concurrence effective, de manière à permettre aux agriculteurs d’avoir accès à des produits innovants de meilleure qualité et à des prix compétitifs".

D’autant qu’entre temps, deux autres unions spectaculaires ont eu lieu dans le secteur. Les chimistes américains Dow et Dupont sont en cours de fusion pour donner naissance à trois entités spécialisées, dont une pourrait devenir le numéro deux mondial des semences et numéro trois des pesticides. Quant au suisse Syngenta, concurrent direct de Monsanto, il vient d’être croqué par le chinois ChemChina pour 43 milliards de dollars. Pour obtenir l’aval des autorités des différents pays, ces derniers avaient donc consenti à quelques cessions d’activités ou de produits.

Bruxelle a lancé Une enquête approfondie

Pour convaincre Bruxelles, Bayer avait pourtant présenté cet été de nouveaux engagements. La Commission européenne avait alors prolongé de deux semaines sa première évaluation de l'opération, la faisant courir jusqu'au 22 août. "Il faut préserver un environnement dans lequel les entreprises peuvent innover et investir dans des meilleurs produits", précisait-elle alors. Son choix de lancer une enquête approfondie devrait finalement repousser sa décision sur le dossier au 8 janvier 2018.

Pourquoi un tel acharnement ? Car dans ce secteur où le développement de nouveaux produits flirte avec la dizaine d’années (entre la R&D et les différents essais à réaliser pour rassurer sur leur efficacité, leur impact sur l’homme et l’environnement…) et réclame plusieurs centaines de millions d’euros, Bruxelles craint qu’un tel mariage ne dresse d’infranchissables barrières à l’entrée pour de plus petits acteurs. Et, n'entraîne de ce fait "une hausse des prix, une baisse de la qualité, une réduction du choix et un recul de l'innovation". "En Allemagne, il y a plus d’une centaine d’entreprises de semences, c’est sans doute le cas également en France : nous ne serons qu’une partie de la solution", répliquait en février dernier Liam Condon, le patron de la division agrochimie (Cropscience) de Bayer, interrogé par L’Usine Nouvelle. Surtout lorsqu’on voit le dynamisme des fonds d’investissements et des entreprises high tech sur ce créneau."

Mais si le chinois ChemChina était peu présent en Europe dans le domaine de l’agrochimie, - excepté avec son activité de génériques Adama -, Monsanto et Bayer réalisent pour leur part un chiffre d’affaires important sur le Vieux Continent. Rien que dans l’Hexagone, Monsanto dispose de 521 salariés et onze sites. La France est aussi la sixième filiale du groupe Bayer. Elle y réalise 1,5 milliard d’euros de chiffre d'affaires (entre ses activités pharmaceutiques, chimiques et agrochimiques) via 3 300 salariés.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Chimie

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Chimie, laboratoires et santé

Armoire à pharmacie 2 portes économique

MANUTAN

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Gestion/exploitation du service « distribution multimédia à l'attention des visiteurs ». Lot 2

DATE DE REPONSE 17/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS