Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Pourquoi la France se dote d'une cyber-armée

Hassan Meddah , ,

Publié le

Doctrine, commandement, expertise, investissements... Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a posé les fondamentaux de la stratégie militaire française de la bataille numérique.

Pourquoi la France se dote d'une cyber-armée
Jean-Yves Le Drian à Bruz le 12 décembre
© Twitter CC

Terre, Air, Mer...et désormais Cyber. Selon Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, la France doit investir ce nouveau champ de bataille si elle veut être capable de protéger ses intérêts vitaux et riposter en cas d'attaque. "La supériorité opérationnelle de nos forces armées comme la capacité d’entrer en premier sur un théâtre de conflit et à y contraindre un adversaire, passent désormais aussi par la recherche et l’obtention de la supériorité dans l’espace cyber. Ainsi pour gagner les nouvelles guerres, j’estime qu’une adaptation de notre outil de défense est indispensable", a-t-il expliqué. Il s'exprimait lundi 12 décembre depuis le principal centre d'expertise des armées spécialisé dans les communications électroniques basé à Bruz, près de Rennes (Ille-et-Vilaine), devant une audience composée de militaires, d'industriels, d'élus et de chercheurs. Selon lui, les bouleversements apportés par le champ de bataille cyber sont comparables à ceux apportés par l'émergence de l'aviation au début du XXème.

Jean-Yves Le Drian a ainsi explicité pour la première fois la nouvelle doctrine tricolore en matière de cyber-défense. Elle repose sur plusieurs missions : le renseignement (identifier les failles et les vulnérabilités, les menaces, les assaillants potentiels), la protection et la riposte. Jusqu'ici très réservé sur les moyens offensifs, le ministre en a défini la finalité: "Nos capacités cyber offensives doivent donc nous permettre de nous introduire dans les systèmes ou les réseaux de nos ennemis, afin d’y causer des dommages, des interruptions de service ou des neutralisations temporaires ou définitives, justifiées par l’ouverture d’hostilité à notre encontre".

2600 combattants numériques

Cette nouvelle doctrine s'appuie sur un arsenal juridique. Comme l’article 51 de la Charte des Nations Unies qui justifierait l’invocation de la légitime défense en cas d'attaque informatique majeure assimilable à une agression armée ou encore l'article 21 de la loi de programmation militaire de décembre 2013 qui permet des actions de neutralisation suite à des attaques sur des systèmes d'information sensibles de la nation.

A cyber guerre, cyber commandement et cyber-armée. Le ministre nommera prochainement un cybercommandeur, en charge de planifier et de conduire les opérations de cyber-défense. Il sera placé sous la responsabilité du chef d'état-major de armées. Sous ses ordres, 2600 combattants numériques d'ici à fin 2019, soit tout de même deux fois plus qu'en 2012. Toutefois, en cyber, la question "combien de divisions ?" n'a plus réellement de sens. De faibles moyens permettent d’obtenir des effets importants. Un virus informatique déployé sur des installations critiques d'un Etat peut causer autant de dégâts qu'une intense campagne de bombardements.

440 millions d'euros de cyber-achats

La création de cette nouvelle armée nécessite recrutements et investissements. Au total, la France va ainsi investir dans le domaine cyber près d'un milliard d'euros sur toute la durée de la loi de programmation militaires (2014-2019). 440 millions environ seront dédiés au développement et à l'acquisition de produits et solutions de cybersécurité. La DGA (direction générale de l'armement), qui définira et concevra en partie l'arsenal cyber, est en première ligne. Elle comptera 650 experts dans ce domaine d'ici 2019, un quadruplement par rapport à 2012. Dans son centre de Bruz (Ille-et-Vilaine), jusqu'à 250 experts vont travailler sur l'analyse des composants de sécurité et l'analyse de logiciels malveillants. Dès 2017, 30 millions d'euros vont être consacrés à cybersécuriser l'hélicoptère d'attaque Tigre et les futurs véhicules blindés du programme Scorpion de modernisation de l'armée de Terre.

Les militaires veulent établir des synergies avec le monde civil. Le ministère de la Défense est un contributeur actif du pôle d'excellence cyber qui s'est monté en Bretagne. Cette entité finance des actions dans le domaine de la formation (2800 étudiants formés et ou sensibilisés à la cyber en 2015/2016), dans la recherche (200 chercheurs financer à hauteur de 12 millions d'euros) et dans le développement industriel avec l'implication de treize grands groupes (Nokia-Alcatel, Thales, Airbus....) dont des exploitants d'infrastructures critiques (Orange, La Poste, EdF...). 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle