Pourquoi la canicule contraint EDF à arrêter certaines centrales nucléaires

[ACTUALISÉ] Le 4 août, EDF a annoncé l’arrêt ou le ralentissement de plusieurs réacteurs nucléaires en raison de la canicule. En effet, les vagues de chaleur ont un impact méconnu sur les centrales. Lorsque la température grimpe, l’électricien est obligé de moduler la puissance de certains réacteurs, voire de les arrêter complètement. Explications.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pourquoi la canicule contraint EDF à arrêter certaines centrales nucléaires
Un réacteur de la centrale nucléaire de Bugey (Ain) arrêté par EDF en raison de l'épisode de canicule.

Actualisation du lundi 6 août : Le samedi 4 août, EDF a annoncé la mise à l'arrêt l’unité de production n°1 de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) en raison des prévisions de température élevées. La deuxième unité de production a été ralentie. Au site de Bugey (Ain), deux réacteurs ont été arrêtés de la même manière qu'un autre à la centrale de Saint-Alban (Isère).

La chaleur n’empêche pas le fonctionnement des centrales mais elle génère des contraintes environnementales. L’arrêt des réacteurs est en effet mis en place pour réguler la température de l’eau du Grand Canal d'Alsace et du Rhône où les sites de Bugey et Saint-Alban effectuent leurs prélèvements.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les centrales nucléaires puisent de l’eau dans les cours naturels, principalement pour refroidir les réacteurs. Elle sert aussi à alimenter des stockages de sécurité, les circuits de lutte contre les incendies, les installations sanitaires et les équipements de restauration des sites nucléaires.

La température est régulée pour protéger l'écosystème aquatique

Après ces utilisations, l’eau est censée être traitée si nécessaire, contrôlée puis rejetée dans le milieu naturel. Selon l’entreprise, 98% de l’eau prélevée est ainsi restituée à la source. “Parfois, nous restituons cette eau avec quelques degrés de plus que la température à laquelle nous l’avons pompée. En période caniculaire, où la température des fleuves peut atteindre un niveau important, nous baissons la puissance des réacteurs ou nous les arrêtons temporairement pour limiter notre utilisation de l’eau et ne pas dépasser une certaine température”, explique un porte-parole d'EDF à L’Usine Nouvelle.

La température est ainsi régulée pour protéger la flore et la faune aquatiques. Ces limites des rejets thermiques sont fixées par décret à la création des centrales nucléaires selon le site de l’entreprise. En cas de sécheresse et de niveaux anormalement bas des cours d’eau, le prélèvement des centrales peut aussi être régulé.

Pas un sujet d'inquiétude pour EDF

Parmi les ONG opposées au nucléaire, la gestion de l’eau inquiète. Certaines redoutent que le réchauffement climatique et la répétition des canicules accentuent la pression sur les cours d’eau. D’autres argumentent que ces épisodes de chaleur pourront menacer la production d’électricité des centrales.

Selon EDF, ce type d’arrêt n’est pas inédit et ce n’est pas non plus un sujet d’inquiétude, la demande d’électricité étant moindre au mois d’août. “Par rapport au niveau de consommation actuel, nous sommes tout à fait en mesure d’assurer la production nécessaire”, explique l’électricien. “Les autres centrales nucléaires peuvent assurer la production, nous avons aussi un gros stock d’hydraulique puisque les barrages ont été bien remplis en eau cet hiver.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS