Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pourquoi Intel booste ses investissements à un record de 15 milliards de dollars en 2018

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Le géant américain des semi-conducteurs Intel a revu deux fois à la hausse son budget d’investissement en 2018, le portant à un record de 15 milliards de dollars. Voici les trois raisons qui expliquent ce coup de pouce de 1 milliard de dollars.

Pourquoi Intel booste ses investissements à un record de 15 milliards de dollars en 2018
L'usine d'Intel à Hillsboro, Oregon, l'un des quatre sites de production à bénéficier de l'augmentation des investissements.
© Intel Corporation

 

A deux reprises, Intel a revu à la hausse son budget prévisionnel d’investissement pour 2018, l’augmentant à chaque fois de 500 millions de dollars. Le géant américain des semi-conducteurs, numéro un mondial des microprocesseurs de PC et serveurs, prévoit désormais d’investir un record de 15 milliards de dollars en 2018, ce qui représente une hausse de 1 milliard de dollars par rapport au budget prévu au départ et un bond de plus de 27% par rapport au montant d’investissement de 11,8 milliards de dollars consenti en 2017. Ce coup de pouce s’explique par trois raisons.

1 - Répondre à une demande plus forte que prévue

Au début de l’année, Intel voyait son activité de puces pour datacenters croitre aux alentours de 15% et celle pour PC décliner légèrement. La demande s’avère plus forte que prévue. "Au premier semestre 2018, notre activité pour datacenter a augmenté finalement de 25%, et la partie dédiée aux équipements de cloud computing a explosé de 43%", confie Bob Swan, directeur financier et directeur général par intérim dans une lettre adressée aux 102 700 employés du groupe.

Mais la grande surprise vient des PC. Pour la première fois depuis le premier trimestre 2012, les ventes ont progressé de 1,4% au second semestre 2018 selon Gartner. La reprise est si soudaine que les constructeurs se trouvent confrontés à une pénurie de microprocesseurs, notamment sur les segments d’entrée et de moyenne gammes. Intel s’attend désormais à retour des PC à la croissance en 2018 après six années consécutives de recul. C’est pour augmenter sa capacité de production de puces en technologie de 14 nanomètres pour PC dans ses usines dans l’Oregon, dans l’Arizona, en Irlande et en Israël que le milliard de dollars supplémentaire sera consacré.

Au début de l’année, Intel se voyait atteindre un chiffre d’affaires autour de 65 milliards de dollars en 2018. Avec l’accélération de la croissance dans les datacenters et la perspective de reprise dans le PC, il attend un surplus de chiffre d’affaires de 4,5 milliards de dollars par rapport aux prévisions initiales. Le coup de pouce en matière d’investissement vise à accompagner ce nouveau développement.

 

2 - Contrecarrer l’offensive d’AMD

Depuis mars 2017, AMD, le seul challenger d’Intel dans les microprocesseurs à architecture X86 au cœur des PC et serveurs, est à la contre-offensive après de longues années de recul et difficultés. Avec sa nouvelle génération de puces Ryzen en gravure de 12 nanomètres, lancée cette année, il rétablit la parité technologique avec son grand concurrent. Selon les analystes, il pourrait terminer 2018 avec 20% du marché dans les PC. Et le contexte actuel de pénurie pourrait lui profiter en portant sa part à 30% en 2019. Car contrairement à Intel, qui fabrique en interne ses microprocesseurs et dépend de ses propres capacités de production, il bénéficie de son modèle fabless (sans usine), confiant la production de ses puces aux fondeurs de semi-conducteurs GlobalFoundries et TSMC. Il peut donc augmenter rapidement sa production pour satisfaire la montée de la demande.

En investissant 1 milliard de dollars dans l’augmentation de sa capacité de production de processeurs pour PC de ses quatre usines de fabrication en technologie de 14 nanomètres, Intel veut éviter que le contexte actuel de tension sur le marché profite exclusivement à son challenger. "Le plus grand défi du second semestre 2018 sera de répondre à la demande supplémentaire, explique Bob Swan lors de la présentation des derniers résultats trimestriels. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos clients et nos usines pour satisfaire la croissance. Nous souhaitons répondre à l'augmentation de la demande et ne pas donner à nos concurrents l’opportunité de la remplir à notre place."

 

3 - Tenir le planning de la technologie de 10 nanomètres

L’effort d’investissement bénéficie aussi au développement de la technologie de 10 nanomètres, dont Intel a déjà reporté la mise en production à trois reprises. Au risque de se faire devancer par le taïwanais TSMC qui en est déjà à la technologie de 7 nanomètres, utilisée pour la fabrication du processeur A12 Bionic d’Apple au cœur des nouveaux iPhone XR, Xs et Xs Max, et du Kirin 980 motorisant le smartphone Mate 20 de Huawei qui sera présenté à Londres le 16 octobre 2018.

Le groupe est en retard de trois ans sur le planning initial. Il ne peut pas se permettre un nouveau report. Cela donnerait l’avantage à ses concurrents "fabless" (AMD mais aussi Qualcomm dans les modems, Nvidia dans les processeurs graphiques, etc.) qui seraient en technologie de 7 nanomètres, alors qu’il resterait, lui, toujours en technologie de 14 nanomètres.

"Nous progressons dans la mise au point de notre technologie de 14 nanomètres, rassure  Bob Swan. Les rendements de production s’améliorent et nous nous attendons toujours à une mise en production de volume au courant de 2019." Il en va de la place de leader d'Intel dans les technologies de production de puces électroniques.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle