Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pourquoi Huawei va supprimer des centaines d'emplois aux Etats-Unis

, , ,

Publié le , mis à jour le 15/07/2019 À 08H01

Le géant chinois des télécoms Huawei Technologies prévoit d'importantes suppressions d'emplois aux Etats-Unis, selon le Wall Street Journal (WSJ).

Pourquoi Huawei va supprimer des centaines d'emplois aux Etats-Unis
Huawei Technologies prévoierait d'importantes suppressions d'emplois aux Etats-Unis. /Photo prise le 10 mai 2019/REUTERS/Kacper Pempel
© KACPER PEMPEL

Il fait les frais de sa mise sur liste noire par l'administration Trump. Le géant chinois des télécoms Huawei Technologies prévoit d'importantes suppressions d'emplois aux Etats-Unis, rapporte le Wall Street Journal (WSJ) en citant des personnes au fait du dossier.

Les suppressions d'emplois devraient principalement toucher Futurewei Technologies, la filiale de recherche et développement du géant chinois des télécoms, qui emploie quelque 850 personnes aux Etats-Unis. Selon une des sources du WSJ, des centaines d'emplois sont menacés. Huawei a proposé à ses employés chinois de rentrer en Chine pour poursuivre leur carrière, a dit une autre source. Huawei n'a pas répondu aux sollicitations de Reuters pour commenter cette information.

Les livraisons de smartphones de Huawei plombées à l'étranger

La campagne de l'administration américaine contre Huawei risque déjà de pénaliser les livraisons de smartphones du groupe chinois à l'international. Bloomberg avait ainsi indiqué dimanche 16 juin que celles-ci pourraient diminuer de 40% à 60% en 2019.

Symbole de la montée spectaculaire de la Chine dans la high-tech, le modèle de Huawei visant à dominer la 5G ou encore l’infrastructure de datacenters inquiète l’Occident. Et soulève cinq interrogations.

Dans l'Hexagone, alors que Jean-Louis Borloo avait déjà été membre du conseil d'administration de Huawei France de 2016 à 2018, un retour en tant que président du conseil lui avait été proposé par le géant chinois des télécoms. Il a finalement décliné.

Selon Winston Maxwell, professeur à Télécom Paris, la loi sur la sécurité des réseaux mobiles ou "loi anti Huawei", en discussion devant le Parlement, marque un fâcheux retour de 30 ans en arrière. Elle entrainerait des lourdeurs administratives, restrictions de choix et surcoûts. Et irait à l’encontre du sacro-saint principe de neutralité technologique de la loi.

 

 

avec Reuters

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle