Pourquoi Google peine à rattraper Amazon, Microsoft ou Salesforce dans le cloud ?

Alors que Google dispose de l’un des cloud les plus performants, il reste à la traine sur ce marché, loin derrière Amazon, Microsoft ou Salesforce. S’il réussit à attirer les développeurs et start-up, il peine à séduire les grandes entreprises dans le segment du cloud d’infrastructure.

Partager
Pourquoi Google peine à rattraper Amazon, Microsoft ou Salesforce dans le cloud ?
Datacenter de Google cloud en Belgique

La position de Google dans l’informatique à la demande relève d’un grand paradoxe. Alors que le géant d’Internet dispose de l’un des cloud les plus performants du monde selon Olivier Rafal, analyste et consultant au cabinet Pierre Audoin Consultants (PAC), il reste à traine sur le marché, loin derrière les trois leaders : Microsoft, Amazon Web Services et Salesforce.

1 milliard de dollars de chiffre d'affaires trimestriel

Google est présent dans les deux grands segments du cloud : celui du logiciel à la demande (SaaS pour software as service) à travers son offre « G Suite » de communication et collaboration en ligne, et celui de l’infrastructure à la demande (IaaS pour infrastructure as a service et PaaS pour Platform as a service) à travers son offre « Google cloud platform ». Depuis septembre 2016, les deux offres sont regroupées sous la même bannière, « Google cloud ». Une intégration visant à développer plus vite cette activité.

La filiale d’Alphabet ne publie pas ses chiffres dans le cloud. Son PDG Sundar Pichai a surpris les analystes lors de la présentation des résultats 2017 en levant un coin du voile sur cette activité. Mais il s’est contenté d’indiquer que Google cloud a atteint un chiffre d’affaires trimestriel de 1 milliard de dollars. Une révélation qui donne une idée de la dynamique mais pas de la taille de cette activité en 2017. "Ce chiffre est en ligne avec nos estimations de 4,45 milliards de dollars en 2016, dont 3,2 milliards de dollars pour G Suite et 1,25 milliards de dollars pour Google cloud platform, affirme Olivier Rafal. Nous allons l’utiliser pour affiner nos prochaines évaluations pour 2017."

Retard dans le cloud d'infrastructure

Les estimations varient selon les cabinets d’études de marché. Selon les chiffres communiqués par les cabinets Canalys et Synergy Research à L’Usine Nouvelle, le cloud de Google représente un chiffre d’affaires de seulement 3,5 milliards de dollars en 2017, en bond de 84% par rapport à 2016. Ce chiffre se répartit à 1 milliard de dollars pour G Suite et 2,5 milliards dollars pour Google cloud platform. Il place Google loin derrière Microsoft (18,6 milliards de dollars), Amazon Web Services (17,4 milliards de dollars) ou encore Salesforce (10 milliards de dollars).

Alors pourquoi un tel retard alors que Google a été pionnier sur le marché avec le lancement de l’ancêtre de sa solution G Suite en 2006 et de son offre PaaS en 2008. "Google a longtemps négligé le segment d’infrastructure IaaS, le domaine de prédilection d’Amazon Web Services, pour se cantonner aux segments SaaS et PaaS, explique Olivier Rafal. Il a du coup délaissé le marché des grandes entreprises pour se concentrer sur celui des développeurs et start-up. Il a maintenant un grand retard à rattraper sur Amazon Web Services."

Ne sait pas parler aux grandes entreprises

Seulement voilà : Microsoft a fait son entrée sur le marché de l’IaaS en 2012, presque au même temps que Google. Mais il fait aujourd’hui beaucoup mieux en s’installant comme le principal challenger d’Amazon Web Services avec 13% du marché au quatrième trimestre 2017 selon Synergy Research, contre 6% pour Google. "Microsoft dispose d’un portefeuille conséquent de clients grands comptes et sait parler aux grandes entreprises, ce n’est pas le cas de Google", note l’analyste de PAC.

Google affirme disposer parmi les clients de sa solution G Suite de nombreuses grandes entreprises dont en France Veolia, Valeo et Dalkia. "Mais il n’a pas su développer des synergies entre G Suite et Google cloud platform pour amener cette clientèle sur son offre de cloud d’infrastructure, reproche Olivier Rafal. Et en Europe, les grandes entreprises acceptent d’aller sur G Suite et le PaaS de Google même si elles ne le disent pas toujours. Mais pas sur son IaaS."

Faiblesse de l'écosystème

Enfin, Google souffre de la faiblesse de son écosystème. "Les Amazon Web Services et Microsoft disposent de réseaux de partenaires puissants avec des acteurs comme Capgemini ou Accenture pour faire entrer plus facilement leurs cloud dans les grandes entreprises, analyse Olivier Rafal. Pas Google dont les partenaires sont trop petits et dont la spécialisation ne les prédispose pas à accompagner les grands comptes de façon globale."

Peut-il dans ces conditions battre Amazon Web Services dans le cloud d’infrastructure en 2022 comme Sundar Pichai l’ambitionne ? La question se pose même si Google affiche une croissance impressionnante, deux fois plus rapide que celle d’Amazon Web Services sur ce segment. "Une chose est sûre : Google sera un acteur majeur du cloud mondial, prévoit Olivier Rafal. Il propose déjà des services sophistiqués qu’on ne retrouve pas chez ses concurrents. Techniquement, il sait faire."

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - ICF LA SABLIERE

Accord-cadre à bons de commandes travaux TCE spécifique PMR Ile de France

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS