Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Pourquoi Gazprom ne reprendra sûrement pas les livraisons de gaz vers l'Ukraine

Aurélie Barbaux , , ,

Publié le

Suite à une décision de la cour d'arbitrage de Stockholm en faveur de Naftogaz, le géant gazier russe Gazprom a non seulement décidé de ne pas reprendre les livraisons de gaz vers l’Ukraine comme prévu, mais veut rompre son contrat. L’Europe s’inquiète.

Pourquoi Gazprom ne reprendra sûrement pas les livraisons de gaz vers l'Ukraine © D.R. - Gazprom

Gazprom est mauvais perdant. Dans un conflit qui l’oppose à l’opérateur gazier Ukrainien Naftogaz, la cour d'arbitrage de Stockholm vient de donner raison à l’Ukrainien. Un litige opposait les deux groupes sur le transit du gaz russe vers l’Europe à travers l’Ukraine depuis l'arrivée au pouvoir d'autorités pro-européennes à Kiev début 2014. La longue procédure s’est achevée le 28 février par une condamnation de Gazprom à verser 2,5 milliards de dollars de dommages et intérêts à Naftogaz.

Malgré la vague de froid sibérien qui touche l’Europe, le Russe a décidé de ne pas reprendre ses livraisons de gaz vers l’Urkraine. Il veut même rompre définitivement un contrat de livraisons signé avec Naftogaz en 2009 et valable jusqu’en 2019.

La situation est d’autant plus préoccupante pour Naftogaz, que cette dernière avait déjà fourni un prépaiement intégral pour les livraisons de gaz, explique notre confère Enerpresss. Suite au jugement, Andriy Kobolyev, le directeur général de Naftogaz, estime que "le contrat de transit doit maintenant être révisé, en tenant compte du prix et des exigences de la législation européenne et ukrainienne". Gazprom préfère, quant à lui, y mettre définitivement fin.

Nord Stream 2 en bonne voie

Et cela l’arrange. Car il n’a plus besoin de l’Ukraine comme voie d’approvisionnement vers l’Europe, ou presque. Il est dans la dernière ligne droite pour ouvrir son gazoduc Nord Stream 2, qui double Nord Stream 1, et relie directement les champs gazier russe à Allemagne via la mer Baltique. L’Europe dit être inquiète, mais divisée sur le sujet, elle reste impuissante.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle