Pourquoi Ford se sépare de son patron Mark Fields

Face à la chute des bénéfices et du cours de l'action en Bourse, Ford a décidé de remplacer Mark Fields. C'est un spécialiste de la "mobilité intelligente" et du véhicule autonome, Jim Hackett, qui le remplacera. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pourquoi Ford se sépare de son patron Mark Fields
Après vingt-huit ans passés chez Ford, Mark Fields a été débarqué.

Fin de règne pour Mark Fields. Le PDG de Ford a été remercié lundi 22 mai, après vingt-huit années passées au sein du constructeur américain, dont trois à sa tête. C’est Jim Hackett, en charge de la division "mobilité intelligente" (en charge notamment du véhicule autonome), qui le remplacera, selon une information diffusée par plusieurs médias américains et confirmée par le groupe. Dans un communiqué, Ford indique que cet ancien patron de Steelcase aura pour triple mission "d’améliorer l’exécution opérationnelle", de "moderniser les business de Ford" et de "transformer l’entreprise pour répondre aux challenges futurs".

Cette nomination entre dans le cadre d’une réorganisation plus large. Jim Farley, ex-président de la zone Europe, devient également responsable des ventes mondiales, tandis que Joseph Hinrichs, patron des Amériques depuis décembre 2012, sera désormais en charge des opérations industrielles. Jim Hackett sera pour sa part remplacé par Marcy Klevorn.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Nous partons d'une position de force pour transformer Ford pour l'avenir", a expliqué Bill Ford, président exécutif du groupe dans le communiqué, ajoutant que "Jim Hackett est la bonne personne pour diriger Ford pendant cette transformation de l'industrie automobile et de la mobilité en général".

Retard relatif sur l’électrique et le véhicule autonome

Le départ de Mark Fields intervient moins de deux semaines après l’assemblée générale annuelle des actionnaires de Ford, au cours de laquelle l’ex-patron a essuyé de sévères critiques. Depuis son arrivée à la tête du numéro deux américain de l’automobile, le cours de l’action Ford à la Bourse a enregistré une baisse de 40%. Le constructeur s’est notamment fait doubler par Tesla, devenu en avril premier constructeur américain par capitalisation boursière. Dans le même temps, les bénéfices de Ford au premier trimestre 2017 ont plongé de 35%.

Après avoir accompagné la restructuration de Ford en 2006, rappelle Le Monde, Mark Fields s’est heurté au tassement du marché américain et des ventes en Chine, compliquant la capacité du groupe à négocier les révolutions en cours autour des véhicules électriques et autonomes. Face à Tesla et General Motors, qui commercialise sa Chevrolet Bolt, Ford a annoncé tardivement sa stratégie autour de l’électrique. En avril, le groupe a ainsi expliqué vouloir investir 4,5 milliards de dollars pour lancer 13 véhicules électrifiés dans les cinq années à venir. Un investissement massif mais trop tardif au goût des investisseurs et du conseil d’administration, face aux assauts des autres constructeurs, mais aussi de certains géants du numérique comme Google dans le domaine de la voiture autonome.

En parallèle, Mark Fields a éprouvé des difficultés à réduire les coûts et élargir la gamme de véhicules de Ford. Des objectifs d’autant plus délicats à gérer que le constructeur a dû renoncer à une usine implantée au Mexique, qui devait produire ses véhicules bas de gamme, après une série de tweets furieux du nouveau président Donald Trump. Pour tenter de rassurer, l’ancien patron a toutefois d’abattre une dernière carte en supprimant il y a moins d’une semaine 1 400 postes administratifs en Amérique du nord et en Asie, sans toucher à la production.

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS