Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Pourquoi Eutelsat ne croit pas au succès des constellations pour l'Internet haut débit

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Pour des raisons de coûts, l'opérateur européen Eutelsat estime qu'il n'y a pas de  business model  solide pour les projets en orbite basse afin d'offrir des services Internet haut débit.  

Pourquoi Eutelsat ne croit pas au succès des constellations pour l'Internet haut débit
Eutelsat lancera le satellite Konnect Africa en 2019 pour offrir des connexions Internet à haut débit sur le continent africain.

A plusieurs milliers de kilomètres au-dessus de nos têtes, la guerre des orbites aura bien lieu. Orbite géostationnaire à 36 000 km de la terre, orbite moyenne à 8 000 km ou orbite basse à 1 200 km... Laquelle s'imposera pour offrir des services Internet haut débit sur toute la surface du globe? La question reste ouverte et des projets concurrents se multiplient sur ces différentes orbites. Les positions sont de plus en plus tranchées, chacun étant persuadé d'avoir raison.

Un marché convoité

"Eutelsat est convaincu que l'Internet à haut débit par satellites constitue un marché à très fort potentiel. Pour des raisons de compétitivité et d’adaptabilité à la demande, nous pensons que ce sont les satellites géostationnaires qui se tailleront la part du lion sur ce marché, et non les constellations en orbite basse", a précisé son directeur général adjoint Yohann Leroy le vendredi 6 octobre dernier, à l'occasion de la présentation à la presse de son téléport basé à Rambouillet en Ile-de-France.

Une manière pour Eutelsat, société créée en 1977 et qui fait figure d'opérateur historique, de répondre aux derniers grands projets vertigineux annoncés par de nouveaux acteurs, prêts à investir des milliards de dollars. OneWeb prévoit de positionner près de 900 satellites sur une orbite basse à 1 200 km d'altitude pour offrir des services internet à haut débit. La fabrication des premiers exemplaires a démarré dans l'usine de son fournisseur Airbus Group à Toulouse. SpaceX associé à Google a surenchéri envisageant de positionner plusieurs milliers de satellites à une altitude similaire.

Taux d'efficacité des satellites

Sur l'orbite intermédiaire (8 000 km), les manœuvres se sont également accélérées. En septembre dernier, l'opérateur luxembourgeois SES a acheté 7 satellites supplémentaires de dernière génération à Boeing pour renforcer le service O3B. En juillet 2016, il avait acquis le contrôle de cette société passant de 49% à 100% du capital, pour 730 millions de dollars. Eutelsat semble ne pas craindre cette concurrence. L'opérateur reste persuadé de l'avantage de l'orbite géostationnaire pour apporter des services Internet haut débit. Selon lui, le taux d'efficacité des satellites LEO (en orbite basse) serait faible.

Du fait de leur faible altitude, ces satellites couvriraient à 70% du temps soit les mers et les océans, soit des zones désertiques. "Ce qui compte à la fin, c'est le coût de la bande passante réellement allouée à chaque utilisateur pour une qualité de service donnée. Or, ce coût ramené au Gbps vendable est - et restera -plusieurs fois plus élevé pour les constellations que celui qu'on atteindra avec l'orbite des satellites géostationnaires", estime Yohann Leroy d'Eutelsat.

420 millions d'euros par an

Autres écueils des constellations selon lui : la nécessité de déployer la quasi- totalité des centaines de satellites avant de pouvoir ouvrir le service ou encore le coût supérieur des antennes qui doivent être capables de suivre des satellites défilants par rapport à des paraboles classiques dirigées vers un point fixe dans le ciel.

Pour rester dans la course à la connectivité Internet, Eutelsat s'engage pour sa part à des investissements significatifs. L'opérateur devrait procéder au lancement du satellite Konnect Africa en 2019, et commander d'ici la fin de l'année un satellite géostationnaire à très haut débit d'une capacité d'1 Terabit/s pour couvrir l'Europe, soit 10 fois plus performant que celui de la génération précédente. Au total, Eutelsat a prévu d'investir 420 millions d'euros par an pour l'ensemble de ses projets sur la période 2017-2020.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus