Pourquoi ERDF réclame une hausse des tarifs de l'électricité

Eviter les coupures, moderniser les compteurs, accompagner le développement des énergies nouvelles... Autant d'objectifs pour lesquels les consommateurs seront mis à contribution. En temps que prestataire de service, ERDF est également soumis à la pression

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pourquoi ERDF réclame une hausse des tarifs de l'électricité
ERDF a demandé à la Commission de régulation de l'énergie (CRE) une hausse de 15,1 % du Tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (Turpe), afin de financer la modernisation du réseau de distribution d'électricité et l'amélioration de la qualité du service rendu aux fournisseurs. Derrière ces besoins en investissement, deux motifs principaux : le vieillissement des infrastructures, et la hausse des exigences des fournisseurs.

Des coupures plus nombreuses et plus longues. Ces quatre dernières années, le nombre et la durée des coupures en moyenne par habitant a eu tendance à s'accroître, y compris en mettant de côté les événements climatiques exceptionnels. Toutes causes confondues, la durée moyenne annuelle des coupures par client basse tension (hors Paris) est par exemple passée de moins d'une heure à presque 90 minutes entre 2005 et 2006.

Le plan de modernisation 2006-2016 évoqué par le président du directoire d'ERDF Michel Francony, dans l'interview accordée à La Tribune qui a attiré l'attention sur le montant de la hausse demandée, a pour objectif de renverser la tendance en matière de qualité de la distribution. Le renouvellement des matériels vieillissants (câbles, boîtes de jonction, etc.) et l'enfouissement des lignes moyenne tension, dans le but de réduire l'exposition aux aléas climatiques tout en intégrant le réseau à l'environnement, sont les principales moyens mis en œuvre par ce plan pour diminuer la durée et la fréquence des coupures.

Mais le financement sollicité par ERDF doit aussi prendre en charge l'évolution technique du réseau de distribution : la modernisation du parc de compteurs, ou encore les coûts de raccordement au réseau de la production décentralisée d'électricité, venant des parcs éoliens et photovoltaïques.

Ces différents éléments justifient une hausse des tarifs, et sont aisément dissociables des diverses hausses appliquées cette année, liées à l'approvisionnement en énergie.

Des fournisseurs plus exigeants. L'autre volet de la hausse programmée par ERDF concerne la qualité du service apporté aux fournisseurs d'électricité. Désormais en concurrence les uns avec les autres depuis l'ouverture du marché, ils attendent davantage des prestations d'ERDF. « L'ouverture du marché nécessite depuis 2004 des efforts coûteux, détaille Marc Espalieu, directeur général adjoint Finance et Stratégie d'ERDF : investissements dans les systèmes d'information, besoins en effectifs supplémentaires, etc. Nous ne voulons pas nier leur répercussion sur les prix payés par le consommateur. Mais cela reste secondaire par rapport aux autres facteurs de hausse, coûts de production et d'entretien en tête. D'autre part, ces coûts sont en grande partie compensés par les efforts de productivité réalisés. »

Ces quatre dernières années, ERDF a ainsi réduit ses charges d'exploitation (frais de personnel, achats) de 3 % par an, ce qui revient à une économie d'environ 100 millions d'euros chaque année.

Pour l'instant, l'entreprise ne souhaite pas commenter la proposition de hausse du Turpe faite par la CRE dans le cadre de sa consultation publique, préalable à sa recommandation définitive et à la décision du gouvernement. Il est encore trop tôt pour savoir si en cas d'augmentation de 8 % du Turpe, comme proposé, ERDF devrait réduire ses marges.

Raphaële Karayan

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS