Pourquoi Engie ne devrait pas vendre ses centrales à charbon en Allemagne au fonds Riverstone Holdings

[ACTUALISÉ] Le 22 janvier, la directrice générale d'Engie Isabelle Kocher a confirmé la cession de ses centrales à charbon en Allemagne et aux Pays-Bas. Selon une information de Bloomberg News, l'énergéticien français, qui veut sortir du charbon et déroule un plan de cession d‘actifs de 15 milliards d’euros, va vendre ces centrales au fonds américain Riverstone Holdings pour 250 millions de dollars. En septembre, une étude de l'Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA) estimait que dans le cas de ses centrales allemandes, la vente n’est pas la bonne option.

Partager
Pourquoi Engie ne devrait pas vendre ses centrales à charbon en Allemagne au fonds Riverstone Holdings
Engie veut sortir du charbon et déroule un plan de cession d‘actifs de 15 milliards d’euros.

Actualisation du 22 janvier : Mardi 22 janvier, la directrice générale d’Engie a annoncé la cession à venir de ses centrales à charbon en Allemagne, aux Pays-Bas et en Thaïlande. "Engie a démantelé beaucoup de centrales et est sur le point effectivement de vendre ses centrales en Thaïlande, en Allemagne et aux Pays-Bas", a déclaré Isabelle Kocher au micro de Franceinfo, confirmant ainsi des informations de presse. Pour les centrales allemandes et néerlandaises, la directrice générale n’a pas indiqué si le fonds américain Riverstone était bien l’acheteur, comme révélé par Bloomberg News.

Au grand dam d’EDF et de l’Allemand Uniper, la France a acté la fermeture de ses quatre centrales à charbon d’ici 2022. Pour réduire les impacts économiques et sociaux, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État à la transition écologique et solidaire, prépare des contrats de transition écologique avec les territoires qui entourent les centres de Cordemais (Loire-Atlantique), Le Havre (Seine-Maritime), de Gardanne (Bouches-du-Rhône) et de Saint-Avold (Moselle).

L’Allemagne et les Pays-Bas ont eux aussi affiché une volonté de sortir du charbon. Le nouveau gouvernement de coalition allemand s’est même doté d’une commission de sortie du charbon. Et, si c’est une bonne nouvelle pour la lutte contre le réchauffement climatique, cela ne fait pas forcément les affaires d'Engie qui a pourtant lui aussi affiché son désengagement du charbon comme un des axes forts de son nouveau positionnement stratégique vers des énergies décarbonées. Un virage industriel qui s’accompagne depuis 2016 d’un plan de cession d’actifs de 15 milliards d’euros. Fin 2016, Engie a annoncé la fermeture de la centrale d’Hazelwood en Australie. Il a depuis cédé des centrales à charbon en Australie, Pologne, Indonésie et Thaïlande.

Fermer plutôt que vendre

Selon une information de Bloomberg, Engie, est sur le point de signer la vente de ses centrale à charbon européennes à Farge et Wilhelmshaven, à côté de Breme, et à Zolling près de Zurich et de Gerderland au Pays-Bas, au fonds américain Riverstone Holdings pour 250 millions de dollars. Le 22 janvier, Isabelle Kocher, DG d'Engie, a confirmé au micro de FranceInfo. Or une étude de l'Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA) estime que la vente n’est pas, financièrement, une bonne option. Engie devrait plutôt chercher à les fermer ou à vendre à un spécialiste de la fermeture d’actifs et non aux deux acheteurs les plus probables : les spécialistes tchèques dans l'achat d'actifs EPH et Seven Energy Group, dont la stratégie est d’exploiter des centrales à charbon aussi longtemps que possible pour en décaler leur date de fermeture. Mais les auteurs expliquent par exemple que la centrale électrique de Wilhelmshaven, dont Engie détient 52%, a "une valeur actualisée négative".

Selon eux, la fermeture éviterait aussi de donner aux concurrents une plus grande part de marché en Allemagne par rapport à Engie, qui pourrait investir dans des générations plus propres. "Ce choix indiquerait aussi que le groupe fait partie de la solution dans les discussions autour de la sortie du charbon en Allemagne, plutôt que du problème en revendant ses centrales à des acheteurs déterminés à les maintenir en activité", explique Gerard Wynn, co-auteur du rapport.

La même logique s’appliquerait aux Pays-Bas, où Engie a déjà mis à l’arrêt sa centrale de Gelderland d’une puissance de 592 MW. Le gouvernement a annoncé en octobre 2017 la fermeture des cinq centrales thermiques à charbon du pays d’ici 2030.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Nouveau

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de certification pure reviewer agro-alimentaire (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 10/06/2022 - CDD - Puteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

94 - VALOPHIS HABITAT

Gestion des compteurs d'eau et services associés

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS