Pourquoi Embraer a ouvert un site d’assemblage aux Etats-Unis

Le site d'assemblage d'Embraer, à Melbourne, en Floride, a reçu récemment ses premiers éléments pour les jets d'affaire Phenom 100. L'occasion de revenir avec Clint Clouatre, vice-président marketing d’Embraer Executive Jets, sur les raisons qui ont amené le troisième avionneur mondial à s'implanter aux Etats-Unis.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pourquoi Embraer a ouvert un site d’assemblage aux Etats-Unis

L'Usine Nouvelle - Pourquoi Embraer a-t-il décidé d’ouvrir aux Etats-Unis un seconde site d’assemblage pour ses jets d’affaires Phenom100 ?
Clint Clouatre - Ça a toujours été dans notre stratégie de nous rapprocher de nos clients. Les Etats-Unis constituent notre plus grand marché et une grande partie des pièces de nos appareils y sont produits. C'est donc très pertinent d’avoir une usine d’assemblage en Floride.

Plus largement, Embraer a une activité importante aux Etats-Unis : nous avons investi plus de 125 millions de dollars dans nos installations et notre infrastructure depuis 1979. A notre siège de Fort Lauderdale par exemple, nos dépenses s’élèvent à plus de 324 millions de dollars (installations, rémunération des salariés, location et impôts fronciers, ndlr …).

Quels sont les bénéfices attendus d’un tel investissement ?
Nos clients seront géographiquement plus près de leurs appareils. Grâce à notre centre de design en cours de construction, les acheteurs aussi bien américains qu’internationaux pourront venir afin de voir les maquettes de cabines d’appareil grandeur nature, les aménagements d’intérieur et sélectionner l’ameublement de leurs futurs appareils.

Sur quel rythme de production tablez-vous ?
Notre objectif est de livrer notre premier appareil cette année. Et d’en produire 31 en 2012 et soixante en 2013.

Comment se partagera la charge entre les sites d’assemblage aux Etats-Unis et au Brésil ?
La plupart des appareils Phenom100 seront assemblés à Melbourne et seulement quelques unités seront réalisées au Brésil en fonction de la demande locale.

Combien de personnes sont embauchées pour ce nouveau site d’assemblage ?
Le but est de recruter progressivement un total de 200 personnes. Le salaire moyen est d’au moins 50000 dollars par an. Nous avons embauché à ce jour 69 personnes dont certains sont des anciens salariés très qualifiés de la NASA. L’effectif devrait passer à 82 personnes d’ici la fin de l’année et 150 en aout en 2012.

Quel est l’investissement total pour cette usine ?
L’investissement total pour Embraer est de l’ordre de 51 millions de dollars. En échange de soutien financier des acteurs locaux, nous contribuerons au développement économique local en assurant sur Melbourne du travail de haute technologie, l’assemblage à haute valeur ajoutée et en nous appuyant sur une main d’œuvre très qualifiée. C’est un partenariat gagnant-gagnant.

Est-ce qu’Embraer envisage d’assembler d’autres types d’appareils à Melbourne?
Nous démarrons avec le Phenom100 et nous verrons comment évoluera le marché dans le futur. Dans tous les cas, nous nous tenons prêts.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS