L'Usine Aéro

Pourquoi Dassault Aviation met le paquet sur la production du Rafale

, ,

Publié le

Si les négociations pour la vente des 36 Rafale indiens aboutissent , l’avionneur entend produire trois exemplaires par mois dès 2018. Une cadence jamais atteinte. Un moyen pour Dassault Aviation, qui ambitionne de décrocher un quatrième contrat d'ici la fin de l'année, d'affirmer à ses clients, actuels et futurs, qu'il saura les livrer rapidement pour répondre à leur urgences opérationnelles.

D.R 

L’usine qui produit les Rafale pourrait atteindre bientôt sa cadence maximale ! C’est assez incroyable mais cela pourrait bien être le cas dès 2018. L’usine de Mérignac, en Gironde, se prépare à produire trois appareils par mois d’ici trois ans. Depuis des années, faute de contrats à l’export, sa ligne d'assemblage tourne au ralenti, livrant un appareil par mois à l’Armée de l’air française… Mais la signature cette année des contrats avec l’Egypte et le Qatar, pour 24 appareils chacun, a changé la donne.

"J'ai décidé, en anticipation des contrats à venir, qui remplacent en la reportant la fabrication pour l'Armée française, de nous préparer à la cadence trois de la fabrication du Rafale d'ici à 2018", a déclaré Eric Trappier, son PDG, dans un entretien au quotidien Sud-Ouest ce mardi 22 septembre.

Un quatrième client ?

Avec cette annonce, Dassault affiche un optimisme jamais vu pour continuer à vendre son avion de combat à l’étranger. Alors qu’il aurait pu se contenter de doubler la cadence de production, il envisage carrément de la tripler. En affichant un tel volontarisme industriel, l’avionneur fait ainsi passer à ses clients, actuels et futurs, le message clair qu’il pourra les livrer rapidement. Après des années de disette commerciale à l'export, pas question de perdre en effet une affaire à cause de delais de livraisons pénalisants alors que les clients affichent des besoins opérationnels urgents.

Surtout que les prospects sont nombreux et regardent d'un oeil pour le moins intéressé l'avion de combat tricolore: Belgique, Canada, Emirats Arabe Unis, Finlande, Malaisie...  Eric Trappier espère en effet une conclusion assez rapide des négociations avec l’Inde pour 36 appareils. Le groupe a franchi une étape majeure au début du mois de septembre en recevant le feu vert du conseil des acquisitions de défense indien pour la poursuite des négociations.

A Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) où l’entreprise à son siège, on ne cache pas non plus l'ambition de décrocher un quatrième client d’ici la fin de l’année .Parmi les  pistes les plus chaudes figurent la Malaisie avec une offre déposée par la France pour 18 appareils  et également les Emirats arabes unis acheteurs d’une soixantaine d’avion de combat et déjà équipés de Mirage 2000-9. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian y était justement en visite officielle en ce début de semaine.   

Belle revanche

Une telle augmentation des cadences nécessiterait plusieurs milliers d’embauches pour Dassault Aviation et l’ensemble de ses sous-traitants répartis sur la totalité du territoire français. Les embauches vont démarrer dès 2016. Aujourd’hui, 7000 personnes travaillent pour la production du Rafale au rythme d’un par mois. Il faut en effet trois ans pour produire un Rafale depuis l’usinage des premières tôles à son usine de Seclin, dans le Nord, jusqu’à la livraison au client.

A priori, Dassault Aviation ne devrait pas investir dans une deuxième ligne d’assemblage : la ligne de Mérignac a été dimensionnée pour produire jusqu’à 3 voire 3,5 appareils par mois. Une cadence toutefois jamais atteinte depuis le début du programme.

Les 500 sous-traitants du Rafale vont-ils tenir le choc ? On imagine mal l’avionneur se lancer dans un tel défi industriel sans s’être assuré de la capacité à suivre de ses fournisseurs. Les longues années de négociations du contrat indien, qui prévoyait dans sa première version la livraison de 126 appareils, ont permis de se préparer. Ainsi Thales, qui fournit la grande majorité des équipements de guerre électronique de l’appareil, a pris le soin de tester sa supply chain et particulièrement les fournisseurs de pièces critiques à une cadence de production de 2,5 appareils par mois.

Quelle revanche pour l’avion de combat français !  Fin 2011,Gérard Longuet alors ministre de la défense évoquait un arrêt de la chaine des Rafale si Dassault Aviation ne trouvait pas de clients à l’étranger, quatre ans plus tard, son PDG envisage de produire à des cadences jamais atteintes.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

26/09/2015 - 13h46 -

Le Rafale n'est pas "fabriqué" à Mérignac. 70% de la fabrication est effectuée à Argenteuil, le reste à Biarritz et Martignas.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte