Pourquoi ce volte-face de l’Allemagne en faveur du glyphosate ?

Le changement de position des Allemands a fait basculer le vote, conduisant à la prolongation pour cinq ans de l’herbicide controversé de Monsanto. Outre-Rhin, les détracteurs accusent le ministre de l’agriculture d’avoir cédé aux lobbys, avec une arrière-pensée électoraliste.

Partager
Pourquoi ce volte-face de l’Allemagne en faveur du glyphosate ?
Deux jours après, le vote surprise de l’Allemagne en faveur du glyphosate en Europe continue d’entraîner des remous politiques. Mais que s’est-il passé, alors que le gouvernement avait décidé que le pays s’abstiendrait ? C’est en effet la règle lorsque les partenaires de la coalition ne parviennent pas à un compromis. Or, sur un sujet aussi controversé que l’herbicide de Monsanto, c’était bel et bien le cas : la ministre de l’environnement (appartenant aux sociaux-démocrates) Barbara Hendricks y était opposée, tandis que le ministre de l’agriculture (appartenant à la CSU, la branche bavaroise des chrétiens-démocrates) Christian Schmidt y était favorable.
Finalement, c’est ce dernier qui, contre toute attente, a voté positivement. "Cela ne reflète cependant pas la position officielle du gouvernement, a réagi Angela Merkel lors d’une conférence de presse ce mardi. J’en ai discuté avec lui et j’attends de tous mes ministres que cela ne se reproduise plus". Pour calmer la tempête, Christian Schmidt a lui aussi affirmé avoir "pris la décision seul, en examinant les faits". Pour autant, il conserve la confiance de la chancelière.
Furieux de ce soutien, le SPD évoque désormais une "rupture de confiance de la part de la CSU" et accuse Merkel de ne pas savoir "tenir ses troupes". De plus, l’affaire survient au plus mauvais moment car la CDU doit entamer des négociations avec les sociaux-démocrates, pour sortir le pays de l’impasse politique dans lequel il se trouve depuis deux mois.
Mais en coulisse, il se murmure que le coup était en réalité préparé depuis des mois. Ce sont en tout cas les révélations de plusieurs journaux, dont le Süddeutsche Zeitung, qui se sont procuré des documents internes du ministère. Ceux-ci évoquent dès le 7 juillet l’idée de passer outre l’avis de leurs collègues de l’environnement. Le ministre de l’agriculture aurait alors profité de l’instabilité politique qui règne actuellement. En guise d’hypothèse, il faut rappeler que la Bavière, terre de la CSU, est le premier Land agricole en Allemagne et que de très nombreux exploitants traditionnels utilisent des produits chimiques. Cependant, le parti y est en perte de vitesse. Aux dernières législatives, il a ainsi obtenu son plus mauvais résultat depuis 1949, avec 38,5 % des voix contre 49,3 % quatre ans auparavant. Avant les élections régionales de l’automne 2018, le ministre aurait pu vouloir reconquérir une partie de ces électeurs. Sa décision n’a d’ailleurs pas échappé à l’Association des agriculteurs allemands (DBV) qui s’est réjouit d’une "avancée logique et trop longtemps repoussée".
Pour le député Verts Anton Hofreiter, l’explication se trouve aussi du côté des lobbys de la chimie, troisième plus grand secteur économique. La fusion entre Bayer et Monsanto, pour un montant record de 66 milliards d’euros, est actuellement examinée par la Commission européenne. Or, la division herbicides et semences, qui réalise plusieurs milliards d’euros de chiffre d’affaires, est un des futurs piliers du groupe de Leverkusen, qui réclamait une prolongation de quinze ans. Reste que cette décision historique a littéralement fait basculer l’issue du scrutin. Pour obtenir la majorité qualifiée, il fallait en effet obtenir l’approbation des États représentant au moins 65 % de la population de l’Union européenne. Avec l’Allemagne, qui aurait également été suivie de la Pologne, de la Bulgarie et de la Roumanie (toutes les trois s’étaient abstenues le 9 novembre dernier), c’était chose faite, avec 65,71 % de la population.
3 Commentaires

Pourquoi ce volte-face de l’Allemagne en faveur du glyphosate ?

gargol
29/11/2017 09h:47

Gageons que l'on découvrira un jour, que des "versements incitatifs" ont été faits dans les poches adéquates, pour aider le cerveau des votants à comprendre la profondeur de leurs responsabilités dans ce dossier si controversé, toute honte bue, naturellement.

Réagir à ce commentaire
verdarié
29/11/2017 18h:51

Monsanto à senti le vent tourner c'est pour cette raison qu'il s'est allié avec Bayer en sachant bien qu'étant maintenant en parti Allemand il serait mieux défendu par les lobbys de la commission

Réagir à ce commentaire
Henri
30/11/2017 21h:32

Suis étonné de ne pas avoir lu de commentaires dans la presse sur le fait que Monsanto est en voie de se faire acheter/intégrer dans le groupe Bayer...géant chimique Allemand avec certainement un lobbying puissant à Berlin...

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS