Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pourquoi Broadcom change sa domiciliation de Singapour aux Etats-Unis

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Après 27 ans de domiciliation à Singapour, le géant des puces électroniques Broadcom se transforme en une société de droit américain avec un seul siège social en Californie. Un changement qui signale la volonté de poursuivre les acquisitions avec en ligne de mire des cibles américaines.

Pourquoi Broadcom change sa domiciliation de Singapour aux Etats-Unis
Broadcom est désormais une société américaine.
© Mike Blake

Ça y est, Broadcom est une société américaine à part entière. Le numéro un mondial des puces de réseaux vient d’achever sa domiciliation aux Etats-Unis. Le changement a été approuvé par un tribunal de Singapour où il était domicilié depuis sa scission, il y a 27 ans, avec Agilent Technologies, l’ancien bras armé de HP dans les semiconducteurs et l’instrumentation. Il adopte comme seul siège social celui de San Jose, en Californie, qui partageait auparavant ce rôle avec un autre siège à Singapour. La nouvelle action de la société est cotée depuis le 4 avril 2018 à la Bourse de New York, sur le Nasdaq.

Aucun impact pour les salariés

"Comme je l'ai dit lorsque nous avons annoncé notre intention de domicilier la société de Singapour aux Etats-Unis en novembre 2017, nous pensons que l'Amérique est le meilleur endroit pour faire des affaires", déclare le PDG Hock Tan dans un communiqué en ajoutant que Broadcom était une société américaine à tout point de vue à l’exception de son statut juridique.

Avec un chiffre d’affaires de 17,4 milliards de dollars en 2017, Broadcom s’impose comme le numéro cinq mondial et numéro deux américain des semiconducteurs derrière Intel selon le cabinet IHS Markit. Sa domiciliation constitue un renfort de poids à l’industrie yankee des puces électroniques qui domine à 48% le marché mondial. Pour ses 14 000 collaborateurs dans le monde, dont 8300 aux Etats-Unis, ce changement n’a toutefois aucun impact.

Mais pour la direction, il illustre une volonté farouche de poursuivre les acquisitions. La croissance externe est l’ADN de l’ex-Avago Technologies construit par pas moins d’une quinzaine d’acquisitions pour un total de 50 milliards de dollars. La plus importante est le rachat en février 2016 de Broadcom Corp pour 37 milliards de dollars. C’est à la faveur de cette opération qu’Avago Technologies change de nom pour devenir Broadcom Limited.

Promesses d'investissement aux Etats-Unis

Le processus de changement de domiciliation de Singapour vers les Etats-Unis a été lancé en novembre 2017 pour faciliter le rachat de Qualcomm, numéro un mondial des puces mobiles. Si elle était allée jusqu’au bout, cette opération de 117 milliards de dollars aurait été la plus grande opération de consolidation de toute l’histoire de la high-tech. Mais le président Donald Trump s’en est mêlé en posant son veto pour des raisons de sécurité nationale. Le statut de société singapourienne de Broadcom a joué un rôle central dans l'opposition de la Maison Blanche.

Malgré ce camouflet, Broadcom a choisi d’aller jusqu’au bout de sa démarche. Car le groupe entend poursuivre ses emplettes avec notamment l’objectif d’étendre ses fournitures à Apple, l’un de ses plus grands clients à qui il livre des circuits GPS, Wi-Fi, Bluetooth ou radiofréquences. Parmi les cibles dans son viseur figurent deux champions américains : Cirrus Logic dans les circuits audio et Xilinx dans les circuits logiques programmables, selon l’analyste Leo Sun du blog boursier The Motley Fool. Il le sait : pour obtenir la bénédiction de Washington, il doit troquer son habit singapourien contre un habit américain.

Le PDG Hock Tan fait mieux. Avec la domiciliation de son groupe aux Etats-Unis, il promet d’investir chaque année 3 milliards de dollars en R&D et 6 milliards de dollars en production sur le sol étasunien, et fait miroiter au fisc américain une augmentation de sa contribution  de plusieurs centaines de millions de dollars. Des promesses sonnantes et trébuchantes auxquelles Donald Trump doit être sensible.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle