Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pourquoi Bouygues veut si désespérément SFR

, , , ,

Publié le

Pourquoi Bouygues veut si désespérément SFR
Le groupe de Martin Bouygues a rehaussé son offre de rachat.

Malgré l’entrée en négociations exclusives de Vivendi avec Numericable pour la vente de sa filiale SFR, Bouygues ne s’avoue pas vaincu. Il a trouvé de nouveaux partenaires financiers et augmenté son offre en numéraire à 13,15 milliards d’euros, ce qui réduirait la part de Vivendi dans SFR à 21,5%. Pourquoi tant d’acharnement ? Outre un échec personnel pour Martin Bouygues, à l’origine de la création de Bouygues Télécom en 1994, nombre d’observateurs estiment que, sans SFR, son groupe devrait jeter l’éponge dans les télécoms. L’ensemble SFR-Numericable deviendrait le deuxième plus gros opérateur français avec Orange, suivi par un Iliad en pleine expansion. Bouygues Telecom se retrouverait isolé et fragile, et sans doute serait-il contraint de se rapprocher d’Iliad. Les deux opérateurs avaient d’ailleurs préparé, dans l’éventualité d’un rachat de SFR par Bouygues, une cession du réseau mobile de ce dernier à Free. Sans SFR, Bouygues se retrouverait aussi trop faible pour investir dans ses réseaux. Il venait de signer un contrat de mutualisation du développement de son infrastructure mobile avec SFR, qui deviendrait sans doute caduque si Numericable l’emportait.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle