Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Pourquoi Areva a livré des assemblages de combustible défectueux

Aurélie Barbaux , ,

Publié le , mis à jour le 20/11/2017 À 17H51

Areva a livré des assemblages de combustibles avec des défauts de fabrication notamment à une centrale suisse. Le défaut de fabrication est dû à un dysfonctionnement du système de contrôle par ultrason.

Pourquoi Areva a livré des assemblages de combustible défectueux © Flickr - Guilhem Vellut - c.c

Areva a livré des assemblages de combustible présentant des défauts de fabrication à plusieurs de ses clients, notamment à la centrale nucléaire Leibstadt, dans le nord de la Suisse, où six barres défectueuses, sur un stock de 22, avaient déjà été chargées dans le réacteur. Les assemblages défectueux, qui ne présentaient aucun danger selon Areva et les responsables de la centrale, ont été retirés. L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) en Suisse a néanmoins demandé à ce que la centrale, qui devait rouvrir le 7 novembre après une visite d’inspection programmée, reste fermée jusqu’à fin décembre.

SI c’est New Areva qui produit les pastilles d'uranium introduites dans les tubes ou crayons, regroupés en assemblages, c’est Areva NP - la filiale du groupe qui doit entrer dans le giron d’EDF d’ici à la fin de l’année dans le cadre du plan de sauvetage du groupe - qui fournit les assemblage de combustible aux électriciens exploitant de centrales nucléaire. Et c'est Areva NP qui produit les tubes en zirconium et réalise l'assemblage final.

Selon Areva NP, le défaut de fabrication de certains "crayons" est dû à une défaillance d’un système de contrôle par ultrason dans son usine de Paimboeuf (Loire-Atlantique). C’est une inspection de routine sur la fabrication d’assemblages de combustible, réalisé par New Areva, qui a permis d’identifier un crayon défectueux. Mais certains des crayons défectueux avaient déjà été livrés notamment au site d'Areva à Romans (Dôme) où sont réalisés le remplissage et les assemblages de combustible.

Un "très faible nombre de tubes concernés"

Areva NP explique avoir "immédiatement mis en place des investigations dans l’usine française de fabrication de tube de zirconium concernée, permettant d’identifier un dysfonctionnement sporadique du système de contrôle par ultrasons réalisés dans cette usine, conduisant à l’acceptation d’un très faible nombre de tubes qui auraient dû être rejetés à ce stade".

L'industriel précise que la base de données de tous les résultats par ultrasons a été étudiée et que ses clients ont été informés. Le défaut de fabrication ne présenterait aucun danger et "aucun assemblage contenant des tubes impactés n’a présenté la moindre défaillance en réacteur à ce jour", annonce Areva NP, qui affirme que les barres de combustibles défectueuses peuvent être utilisées en toute sécurité. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle