Pourquoi Alstom doit réduire la voilure

Le groupe industriel a annoncé lundi qu'il allait supprimer 4.000 postes d'ici mars 2012 dans ses activités "Power" (fabrication de turbines et de centrales électriques), dont 1.000 par non-renouvellement de contrats temporaires et "départs naturels".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pourquoi Alstom doit réduire la voilure

La faute au carnet de commandes en berne, indique Alstom. Le groupe, qui avait frôlé la faillite au milieu des années 2000, a dégagé un chiffre d'affaires et des résultats "record" sur son exercice 2009/2010, avec notamment un bénéfice en hausse de 10% à 1,22 milliard d'euros. Mais ce dernier a vu ses commandes chuter à cause de la crise économique.

Alstom justifie ce plan de suppressions de postes par "l'évolution de certains de ses marchés". "En Europe et en Amérique du Nord, il y a eu une chute de la consommation d'électricité et une chute des commandes de centrales neuves", a indiqué un porte-parole cité par l'AFP, faisant état d'une baisse des commandes de 50% entre 2008 et 2009. Les suppressions de postes seront ainsi réparties "en Europe et en Amérique du Nord, dont les marchés des équipements neufs des centrales à charbon et des centrales à gaz ont été les plus affectés par la crise", selon le communiqué du groupe. Les sites industriels les plus touchés "se situent en Suisse, en Allemagne et aux Etats-Unis".

"D'autres sites entrent également dans le cadre de ce plan, en particulier au Royaume-Uni, en Hongrie, en Norvège et en France", indique le groupe. La direction générale d'Alstom a remis lundi 4 octobre à son comité de groupe européen "un projet de plan d'ajustement du secteur Power", selon le communiqué.

Une centaine de postes concernés en France

Une centaine de postes sont concernés en France sur 5.400 personnes employées par Alstom Power dans l'Hexagone, a indiqué un porte-parole du groupe à l'AFP.Selon Denis Jeangérard, délégué syndical CGT d'Alstom cité par l’agence, le plan de restructuration concerne "une centaine de postes à Belfort, et plus particulièrement la fabrication des ailettes". Un nouveau comité de groupe a été convoqué les 18 et 19 octobre prochains afin de consulter les organisations syndicales sur ce projet, selon un porte-parole d'Alstom.

Son plan de suppression d'emplois jugé... trop peu ambitieux

Problème : le titre Alstom affichait la plus forte baisse du CAC 40 mardi matin. A 11h15, le titre perdait 1,52% à 35,89 euros dans un marché en hausse de 0,85%.

Les coûts de restructurations liés à ces suppressions d'emplois devraient s'éléver à 350 millions d'euros, selon les analystes de la Société Générale, et jusqu'à 400 millions en 2011 pour les analystes de JPMorgan cités par l'agence Dow Jones Newswires.
Ces réductions de postes devraient à l'inverse rapporter 250 millions d'euros d'ici 2012, soit 1,3% du chiffre d'affaires en 2009, selon les calculs de Société Générale. De quoi absorber en partie le repli cumulé de 11% de son chiffre d'affaires (d'ici fin mars 2012) et d'atteindre le bas de son objectif de marge de 7 à 8% sur l'exercice 2011/2012.

Les analystes de Société Générale Cross Asset Research se disent pourtant rester sur leur faim. Ces derniers auraient espéré "un programme de réduction des coûts plus ambitieux avec des efforts de relocalisation" (!) car ce programme ne répond pas, selon eux, aux problématiques structurelles comme la concurrence de la Chine et de la Corée du Sud dans les marchés du charbon et de l'hydraulique. Compte tenu de ces éléments, ils ont abaissé leur objectif de cours à 38 euros contre 45 euros auparavant.

AL avec agences

%%HORSTEXTE:%%

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS