Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Pourquoi Air Liquide choisit le Canada pour se lancer dans l'hydrogène décarboné

Aurélie Barbaux , , , ,

Publié le

Air Liquide a choisi son site de Bécancour au Québec pour installer le plus grand électrolyseur PEM au monde et se lancer dans la production industrielle d’hydrogène vert. L'industriel a donné trois principales raisons à ce choix.

Pourquoi Air Liquide choisit le Canada pour se lancer dans l'hydrogène décarboné
Air Liquide a choisi son site de Bécancour près de Montréal (Québec) pour installer le plus puissant électrolyseur PEM au monde.
© DR ©2012 Jean-Erick Pasquier/AIr Liquide

Air Liquide se lance pour de bon dans la production d’hydrogène décarboné par électrolyse de l’eau à base d’électricité renouvelable. Et c’est au Canada, sur son site de Bécancour au Québec, que le chimiste français va installer sa première unité de production industrielle. Air liquide vient d’annoncer la construction du plus grand électrolyseur PEM (Membrane Échangeuse de Protons) au monde, une nouvelle technologie qui déloge les électrolyseurs classiques alcalins, moins souples à utiliser.

Un fournisseur canadien

D’une capacité de 20 mégawatts (MW), il produira "8 tonnes d’hydrogène décarboné par jour", a précisé Pierre-Etienne Franc, directeur de l'activité Hydrogène énergie d'Air Liquide à l’Usine Nouvelle, soit de quoi augmenter de 50 % les capacités de production d’hydrogène de ce site, d’environ 16 tonnes par jour actuellement. À titre de comparaison, les quatre stations d’avitaillement en hydrogène qu’Air Liquide a installé en Île-de-France peuvent produire 200 kg par jour chacune. Comparée au procédé à base d’énergie fossile, cette nouvelle unité évitera l’émission de 27 000 tonnes de CO2 par an (soit celles d’environ 10 000 voitures berlines), selon Air liquide.

L’électrolyseur sera fourni par Hydrogenics, une entreprise canadienne spécialiste des équipements de production d’hydrogène par électrolyse et des piles à combustible de laquelle Air liquide a annoncé fin décembre 2018 avoir acquis 18,6 % du capital par un investissement de 20,5 millions de dollars américains (18 millions d’euros).

De l'électricité renouvelable disponible

Outre l’origine du fournisseur, pourquoi Air Liquide a-t-il choisi le Canada et non la France ou un autre pays d’Europe, pour se lancer dans la production d’hydrogène décarboné. Il existe trois principales raisons à ce choix. La première est que l’électricité au Canada est très majoritairement d’origine hydraulique (64 % en 2017), donc renouvelable.

La seconde raison tient à "l’arrêt d’une source externe" d’hydrogène (un industriel produisait de l’hydrogène par reformage en plus de son process de base) à laquelle se fournissait le site québécois d’Air Liquide et "qu’il fallait compenser", explique Pierre-Etienne Franc. Une source complétée par une production propre d’Air liquide réalisée dans deux unités de production d’hydrogène à partir de gaz.

La mobilité électrique au Etats-Unis

La troisième raison est économique. Certes, l’hydrogène décarboné est encore deux à trois fois plus cher que sa version à base d’hydrocarbure. Mais en Amérique du Nord, Air liquide a, semble-t-il, déjà quelques clients prêts à payer ce surcoût, que Pierre-Etienne Franc ne souhaite pas dévoiler. "Nous avons une base de clients au Canada et on fait le pari de la développer", avance le directeur de l'activité hydrogène énergie d'Air Liquide.

En tout cas, l’industriel investit massivement dans l’hydrogène outre-Atlantique. Fin novembre 2018, Air Liquide a annoncé un investissement de 150 millions de dollars (environ 130 millions d'euros) pour la construction en Californie d'une unité de production de 30 tonnes d'hydrogène par jour, pour alimenter 35 000 véhicules électriques à pile à combustible. "Nous avons aussi signé avec Toyota un accord pour l’installation des stations hydrogène dans le nord-est des États-Unis.Il y en a déjà cinq et on va en construire d’autres", rappelle aussi Pierre-Etienne Franc.

Des objectifs climatiques

Air Liquide, qui vient de dévoiler ses ambitions pour le climat, et notamment la réduction de 30 % de ses émissions de CO2 en 10 ans, investit aussi dans l’hydrogène décaboné en Europe. En novembre 2018, Air liquide a aussi annoncé l’installation d’un démonstrateur industriel d’hydrogène vert au Danemark avec électrolyseur PEM de 1,2 MW déjà fourni par Hydrogenics. Et en France, Air liquide vient d’annoncer la création d’une coentreprise, HysetCo, avec Toyota, Idex et la Société du taxi électrique parisien (STEP) pour le déploiement d’une flotte de 600 taxis roulant à l'hydrogène à Paris.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

26/08/2019 - 13h03 -

Bravo a quand une voiture française a pile a combustible
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle