Pour survivre, la SNCM en appelle à Veolia et aux pouvoirs publics

La compagnie de transport maritime française SNCM a annoncé le 18 octobre avoir obtenu une procédure de conciliation sous l'égide du tribunal de commerce de Marseille. Elle souhaite récupérer des créances et solliciter son actionnaire Transdev (Veolia) afin de pallier des problèmes de trésorerie.

Partager
Pour survivre, la SNCM en appelle à Veolia et aux pouvoirs publics

La société nationale maritime corse (SNCM), qui assure des rotations de ferries vers la Corse et le Maghreb, a convoqué le 18 octobre dans l'après-midi un conseil de surveillance. Il a été évoqué la procédure de conciliation demandée le 14 octobre par l'entreprise au tribunal de commerce de Marseille, qui prévoit que l'entreprise récupère des créances d'organismes publics corses et sollicite l'aide financière de son actionnaire principal, Transdev (filiale de Veolia).

La compagnie est dans la tourmente après sa condamnation en mai - sur plainte de son concurrent Corsica Ferries - par la Commission européenne à rembourser 220 millions d'euros d'aides publiques versées dans le cadre de la continuité territoriale.

L'Etat français et la compagnie ont déposé des recours contre cette décision devant le tribunal de première instance de l'Union européenne, le Conseil d'Etat ayant en 2012 jugé ces aides légales.

La SNCM demande à la Collectivité territoriale Corse et à l'Office des transports de Corse le paiement d'environ 50 millions d'euros de créance et la demande d'une aide à la trésorerie d'environ 30 millions d'euros auprès de son actionnaire principal Transdev, la filiale transport de Veolia.

Veolia n'a pas souhaité commenter ces informations dans l'immédiat. Transdev détient 66% de la compagnie, l'Etat 25% et les salariés 9%.

"Le président du tribunal de commerce de Marseille a accepté la procédure de conciliation et a noté que la compagnie n'était pas en cessation de paiement et ne connaissait pas de problème structurel", a dit à Reuters un porte-parole de la compagnie.

"Le tribunal doit accompagner la SNCM pour recouvrer les créances dues et obtenir un soutien de son actionnaire, mais il n'y a aucune menace de dépôt de bilan", a-t-il ajouté.

UNE "MASCARADE" POUR LA CGT

Ce nouvel épisode s'inscrit dans un contexte économique et social tendu pour l'ancienne compagnie nationale partiellement privatisée en 2006.

Roland Blum, premier adjoint au maire de Marseille, juge que la situation financière de l'entreprise pourrait conduire à la perte de 2000 emplois directs, "ce qui serait dramatique, notamment pour l'économie marseillaise".

"J'espère que cette conciliation aboutira très vite et permettra d'éviter une procédure collective de redressement judiciaire qui conduirait au naufrage de la société", ajoute-t-il dans un communiqué.

Pour Frédéric Alpozzo, secrétaire des marins CGT de la SNCM, "la compagnie n'est pas plus en danger aujourd'hui qu'hier, il s'agit d'une mascarade pour couler la SNCM au profit de la concurrence low-cost de Corsica Ferries".

"Ces tensions autour de l'entreprise sont créées volontairement. Il est difficile d'imaginer que l'on va attirer des passagers sur nos navires en disant que l'on risque de fermer en novembre", a-t-il ajouté.

Son organisation demande à la direction de la SNCM de porter plainte contre les pratiques jugées frauduleuse de Corsica Ferries et demande l'ouverture d'une enquête fiscale.

La SNCM emploie 2600 personnes. La direction a signé en juillet un accord de compétitivité avec les syndicats et ses actionnaires ont validé son projet industriel, avec la commande de quatre nouveaux bateaux et la suppression de 500 postes sans licenciement.

Associée à la Compagnie méridionale de navigation, la SNCM a également obtenu le 25 septembre de l'Office des transports corses la future délégation de service public pour la période 2014-2020.

(avec Reuters)

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de certification pure reviewer agro-alimentaire (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 10/06/2022 - CDD - Puteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

59 - Lambersart

Externalisation de la paie des agents et des élus de la Commune et du CCAS de Lambersart

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS