« Pour survivre à la crise covid-19, l’industrie française va devoir accélérer son virage vers le 4.0 », prévient Sébastien Gillet directeur du salon Global Industrie

Faute de pouvoir ouvrir physiquement ses portes, le salon Global Industrie a fait peau neuve avec une édition entièrement en ligne. Du 30 juin au 3 juillet, 320 webinaires sont proposés aux visiteurs virtuels. Une occasion de découvrir les innovations qui aideront l'industrie à traverser l'ère post-covid. Sébastien Gillet, directeur de Global Industrie, nous donne quelques clés pour mieux comprendre le contexte actuel et le rôle que doit jouer la technologie dans l'industrie "de l'après".

Partager
« Pour survivre à la crise covid-19, l’industrie française va devoir accélérer son virage vers le 4.0 », prévient Sébastien Gillet directeur du salon Global Industrie

Industrie & Technologies : Dans le sillage de la crise sanitaire, le secteur industriel est dans la tourmente d'une crise économique. Quel est aujourd’hui l’état d’esprit des industriels participant à Global Industrie ?

Sébastien Gillet : Pour le moment, chacun retrouve peu à peu ses marques et une visibilité commence doucement à se redessiner. Mais la situation est inégale : certaines filières, comme l’agroalimentaire ou le médical, ont traversé la crise sanitaire sans perdre trop de plumes, tandis de l’automobile ou l’aéronautique sont dans une situation délicate. La France possède un tissu industriel particulièrement riche qui, contrairement à d’autres pays, lui permet d’équilibrer ses forces.

Pour autant le pragmatisme reste de mise. Les incertitudes concernant une éventuelle seconde vague du covid-19, pèsent sur les décisions. Cette situation amène beaucoup de crispation et d’attentes de la part des industriels. Chacun espère pouvoir décréter le redémarrage de son activité au mois de septembre.

Lors du confinement, certaines technologies ont gagné en visibilité, comme les technologies du numériques, de l’impression 3D ou encore de la robotique. Cela va-t-il avoir un impact sur l’industrie ?

Oui très certainement. Il s’agit pourtant de technologies bien connues des industriels : ce sont les piliers de l’usine 4.0 ! Mais elles ont été utilisées de façons particulièrement innovantes dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Les industriels ont pu répondre à l’urgence de la situation grâce à la flexibilité qu’offrent ces innovations.

"L’industrie française a déjà loupé un virage vers le 4.0 au sortir de la crise de 2008-2009"

La flexibilité sera un atout essentiel à l’industrie dans l’ère post pandémie. Le besoin de relocalisation de nos industries, qui a été l’un des enseignements majeurs de cette crise, va nécessiter la mise en place d’usines plus compétitives. Pour survivre à la crise covid-19, l’industrie française va devoir accélérer son virage vers le 4.0.

Si les industriels ont souvent montré leur intérêt pour le passage vers le 4.0, les investissements demeurent frileux… cela va-t-il être réellement différent ?

L’industrie française a déjà loupé un virage vers le 4.0 au sortir de la crise de 2008-2009, elle est restée fragile. Aujourd'hui, elle ne doit pas reproduire ce modèle sous peine de mourir purement et simplement. Mais les signaux sont positifs : les pouvoirs publics ont pris conscience de cela et semblent vouloir accompagner la transition vers l’usine du futur. Les industriels vont avoir besoins de fonds et la BPI s’est engagée à les accompagner.

Peut-on tirer d’autres enseignements de la crise en matière d’innovation ?

La capacité des industriels à travailler ensemble pour fournir des solutions innovations a été exemplaire durant le confinement. Innover, ce n’est plus un acte isolé, dans son garage ou dans son usine ! Il y a désormais de plus en plus d’association de grands groupes avec des TPE ou des PME pour bénéficier de certaines expertise. Cela se retrouve également avec de plus en plus de partenariats public-privé au niveau de la R&D. Ce sont des tendances que nous voyons de plus en plus sur le salon Global Industrie.

Après avoir été reporté, le salon se tiendra finalement sous une forme entièrement digitale baptisée Global Industrie Connect. Quelle a été la réaction des industriels par rapport à ce nouveau format ?

Les industriels n’ont pas attendu Global Industrie Connect pour se mettre aux conférences en ligne. La floraison de rendez-vous adoptant ce format durant le confinement en est la preuve. Il y a avait beaucoup d’attentes autour de Global Industrie, en terme de créations de contacts et de présentations d’innovations, auxquelles nous devions répondre. Nous avons donc choisi ce format webinaires. 320 présentations se succéderont durant 4 jours et 15000 « visiteurs » sont inscrits. Pour autant, ce rendez-vous ne remplacera jamais un événement physique, où l’on peut découvrir la réalité de l’industrie. Global Industrie Connect a pour objectif de faciliter la mise en relation entre les exposants et les visiteurs. L’événement pourrait être reconduit l’année prochaine, en fonction de la réception des visiteurs de cette année, mais plutôt dans le cadre d’un pré-salon. Il facilitera la venue des industriels lors de l’événement en leur permettant de mieux cibler leurs interlocuteurs parmi les 2500 exposants.

A quoi faut-il s’attendre pour l’édition 2021 ?

Le prochain salon se tiendra du 16 au 19 mars 2021, à Lyon. Le thème du développement durable et de l’industrie verte, qui était le thème fort de l’édition 2020, sera toujours très présent. Nous pensons aujourd’hui y ajouter le thème de la relocalisation.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS