Pour son Oeuvre : Emmanuel Desurvire

Grâce à lui, Internet traverse les océans

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pour son Oeuvre : Emmanuel Desurvire

Il est le père de l'amplificateur optique qui utilise des fibres dopées à l'erbium. Cette technique a supplanté les répéteurs électroniques et multiplié par dix mille le débit d'internet. Depuis belle lurette, le costard-cravate a fait place à la tenue décontractée du chercheur. Depuis son petit bureau où les fenêtres donnent sur le campus arboré de l'école Polytechnique à Palaiseau (91), Emmanuelle Desurvire dirige depuis avril dernier l'une des quatre unités de recherche du groupe d'électronique de Défense Thales, spécialisée dans le domaine de la Physique. Il est à la tête de près de 70 chercheurs travaillant sur des sujets aussi variés et que la supraconductivité, le nanomagnétisme, les lasers, la cryptographie quantique...

Pour autant, la passion est toujours là. Et, ancien professeur oblige, il trouve les mots simples pour expliquer à un auditoire ignorant, les finalités de ses recherches. Il n'hésite pas non plus à prendre le feutre et à dessiner sur le tableau, sur lequel il n'efface rien tant qu'il y a encore de la place pour faire...la lumière.

Sur le rebord de la fenêtre, sur la bibliothèque, les prix et les multiples récompenses trahissent un parcours exceptionnel. Cet inconnu du grand public est en effet considéré comme une sommité par tous ses pairs de l'industrie des technologies de transmissions optiques qui lui ont décerné en mars dernier le prix John Tyndall, le plus prestigieux du secteur. Et pour cause. Sans lui, pas d'Internet haut débit mondialisé.

Emmanuel Desurvire

  • 52 ans
  • Directeur des activités de recherche en Physique chez Thales
  • Co-inventeur de l'amplification optique
  • Diplômé de Physique théorique,
  • Auteur de 210 publications, titulaire de 113 brevets
  • Ex- directreur des technologies photoniques d'Alcatel-Lucent

Sans lui, les pages Web ne traverseraient pas aujourd'hui les océans aussi facilement. Emmanuelle Desurvire est en effet le co-inventeur, avec le britannique David Payne de l'université de Southampton, de l'amplification optique.

La découverte remonte à 1987. Alors chercheur aux Bell Labs, les prestigieux laboratoires de recherche de l'opérateur américain AT&T, il a imaginé le moyen de régénérer astucieusement le signal lumineux dans une fibre optique. Plutôt que de faire appel à des solutions techniques compliquées à base d'électronique, il se concentre sur les mécanismes de base de l'excitation lumineuse. Et le miracle de l'amplification optique se produit : les photons, porteurs de l'information, au lieu de s'atrophier, se démultiplient alors exponentiellement. «C'était ce que la nature voulait», dit-il avec un sourire et un brin de fierté. Résultat, il n'est plus nécessaire de régénérer le signal optique tous les 50 km mais tous les 200 voire plus... Et cerise sur le gâteau : les flux optiques peuvent se multiplexer sur différents longueurs d'onde et booster les débits des fibres optiques. La révolution de l'Internet haut débit peut enfin démarrer et plus de 90% des contenus Internet passent aujourd'hui par les câbles sous-marins.

Incontestablement, les Bell Labs qu'il a rejoint en 1986 - un nid à prix Nobel où le transistor a été inventé - ont été une page importante de sa vie. «Je bénéficiai d'une grande liberté. L'environnement était idéal pour découvrir».

Thales

  • Siège : Paris
  • Groupe de 68000 collaborateurs spécialisé sur les marchés de l'Aéronautique et de l'Espace, de la Défense et de la Sécurité
  • Chiffre d'affaires : 10,2 milliards d'euros en 2007.

Emmanuel Desurvire est également intéressé par un autre type de transmission: celle du savoir et des connaissances. Au sein d'Alcatel-Lucent rejoint dès 1994 pour combler le manque du pays et où il contribuera à la conception des équipements de transmission ultra longue distance. Il occupera aussi le poste de directeur des technologies photoniques.

Sa plus grande fierté réside dans la mise en place de l'académie technique du groupe pour faire se rencontrer les experts, et pour valoriser le travail de plus de 1 500 d'entre eux. L'enseignement a été au cœur de sa carrière également. Après les Bell Labs, il s'est engagé dans une carrière de professeur à Columbia (New-York) entre 1990 et 1994. L'écriture a donc été un prolongement naturel. Auteur prolixe, il recherche deux objectifs. D'une part, faire partager et condenser ses 25 ans d'études consacrées à la connaissance du phénomène lumineux. Mais aussi se lancer des défis et vulgariser les sujets les plus ardus. Son prochain et cinquième ouvrage, intitulé «Théorie de l'information, classique et quantique », à l'usage des ingénieurs télécoms revisite sur la théorie du signal.

La suite ? Peut-être le Nobel. L'an dernier, il n'est pas passé loin. Dans tous les sens du terme. Son nom circulait parmi les favoris pour le prix de Physique. Finalement il a été décerné à Albert Fert, qui n'est autre que son voisin de bureau!


Hassan MEDDAH

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS