Pour ses 400 ans, DCNS devient Naval Group

Nouveau nom, nouveau logo, nouvelle signature... L'industriel des navires militaires veut renforcer sa notoriété en France comme à l'international. Ce nouveau nom doit favoriser son développement à l'international. Cette opération devrait coûter 3 millions d'euros.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pour ses 400 ans, DCNS devient Naval Group
Herve Guillou, PDG de Naval Group (ex-DCNS).

Les 13 000 salariés de DCNS ont été accueillis ce matin sur leurs différents sites par un croissant et un beau livre en cadeau sur les 400 ans de leur entreprise, mercredi 28 juin. La société va leur révéler son nouveau nom, le nouveau logo et la nouvelle signature associé: Naval Group, Power at sea.

"Nous avons entrepris une transformation en profondeur de l'entreprise pour favoriser son développement à l'étranger et dans les énergies marines renouvelables. Après les chantiers de l'excellence opérationnelle, des investissements, nous nous attaquons au chantier lié à l'identité du groupe. DCNS était un nom incompréhensible et illisible. Maintenant on va avoir un nom qui dit quelque chose", a justifié Hervé Guillou, son PDG. Dans le logo, le "V" de Naval Group est stylisé représentant un pavillon tricolore, symbole de qualité technologique française en matière de naval de défense.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne


Le nouveau logo de Naval Group (ex-DCNS)

Qui connait le fabricant du porte-avions Charles De Gaulle?

Manque de lisibilité à l'international, prononciation écorchée, mémorisation difficile... Pour Hervé Guillou, le nom de DCNS cumulait les défauts et ne rendait pas hommage aux réalisations du groupe. "On associe l'entreprise encore aux arsenaux. On sait qui est le fabricant du Rafale mais qui connaît le fabricant du porte-avions Charles De Gaulle?", explique le PDG de Naval Group.

Il a fallu en effet que Naval Group gagne le contrat du siècle en Australie pour que les Français découvrent le nom de DCNS et qu'ils avaient un champion tricolore dans le domaine des sous-marins. Par ailleurs, lors des appels d'offres, certains concurrents n'hésitaient pas à rappeler l'ancienne signification du sigle faisant référence à la direction des constructions navales assimilant l'entreprise à une administration.

900 recrutements prévus
Pourquoi changer de nom maintenant ? Le groupe doit relever deux défis. Il va devoir recruter massivement dans les années qui viennent. "Nous avons besoin d'améliorer pour cela notre visibilité. Nous prévoyons de recruter 900 personnes. Pour attirer les meilleurs talents, nous devons représenter une filière attractive et innovante", explique encore le dirigeant.

Il doit également accélérer son développement à l'international. "L'objectif c'est de réaliser 50% de notre activité à l'étranger contre moins de 40% aujourd'hui", explique son PDG. Le groupe est engagé dans des campagnes pour la vente de navires de surface en Arabie Saoudite, au Canada, en Argentine, en Inde, aux Emirats Arabes Unis.

L'opération autour de cette nouvelle marque va coûter à l'entreprise de l'ordre de 3 millions d'euros, essentiellement pour les changements de signalétique dans ses usines et les campagnes de communications dans les medias.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS